Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Poids, mesures, monnaies, prix, salaires > Monnaies, prix et salaires > 1529 - Cognac (16) - Le prix du pain au XVIme sicle

1529 - Cognac (16) - Le prix du pain au XVIme sicle

samedi 7 avril 2007, par Pierre, 4984 visites.

3 documents sur le prix du pain Cognac (16) au XVIme sicle.
Le pain, un produit sensible, base de l’alimentation, dont le prix est sous haute surveillance.
Un mcanisme surprenant : lorsque le prix du bl augmente, le poids du pain diminue et son prix ne change pas. Un bonne mthode pour simplifier le rendu de monnaie et stabiliser l’indice des prix ...

Source : Cartulaire ou Livre Rouge ., f 2 : Arch. municip.
Publi par F. Marvaud dans Etudes Historiques sur la Ville de Cognac - Niort - 1870

Voir : le prix du pain Angoulme en 1535 (comparaison difficile, car le pain de rfrence n’est pas du mme poids dans les deux villes).

Le mcanisme dcrit par ce 1er document est assez surprenant pour un consommateur du XXIme sicle : la miche de pain est 1 denier et son poids varie en fonction du prix du boisseau de bl qui sert la fabriquer.

Exemples :
quand le boisseau de bl est 5 sols, la miche pse 6 onces et son prix est de 1 denier
quand le boisseau de bl est 10 sols, la miche pse 3 onces et son prix est toujours de 1 denier.

Une question vient l’esprit : que reste-t-il de la miche lorsque les prix du bl flambent, comme c’est le cas plusieurs reprises ?

Les varits de pain

On trouve ici nommes 3 varits de pain correspondant 3 qualits de farine :

le pain :
 la miche
 le pain "o sa fleur"
 le pain "reboutet"
la farine :
 le fin minot
 le gros minot ou grias
 les recoupes ou reboutet.

1529 - Mercuriale fixant le prix du pain Cognac

"La date de ce document n’est pas indique, mais il est vident par le caractre de l’criture qu’elle doit tre du temps de la mairie de Guillaume Babin.". F. Marvaud

Boyceau a. 4 s. 2 d. tr [1].

La miche dung denier sept onces et un quart donce.

Le pain o sa fleur dix onces et trois quars donce.

Le pain reboutet quatorze onces et les deux quins dune once.

Le boyceau a 4 s. 4 d. tr.

La miche dung denier sept onces meins la XIIIe partie dune once.

Le pain o sa fleur dix onces et ung quart et demy donce.

Le pain reboutet quatorze onces meins le sixte dune once.

Boyceau a 4 s. 6 d. tr.

La miche dung denier six onces trois quart meins la XIIe partie dune once.

Le pain o sa fleur dix onces.

Le pain reboutet treze onces meins la sixte partie dune once.

Boyceau a 4 s. 8 d. tr.

La miche dung denier six onces meins la XIIIIe partie dune once.

Le pain o sa fleur neuf onces trois quars meins la IXe partie dune once.

Le pain reboutet XIII onces meins la VIIe partie dune once.

Boyceau a 4 s. 5 d. tr.

La miche dung denier six onces et le quint dune once.

Le pain o sa fleur IX onces ung quint et demy dune once.

Le pain reboutet XII onces et les deux quins dune once.

Le boyceau a 5 s. tr.

La miche dung denier six onces.

Le pain o sa fleur neuf onces.

Le pain reboutet douze onces.

Le boyceau a 10 s. tr.

La miche dung denier doit poiser trois onces.

Le pain o sa fleur quatre onces et demye.

Le pain reboutet doit poiser [2] six onces.

Item.

Si le boyceau valoit plus il conviendrait diminuer selon la forme et manire.

XVIme sicle - C’est la police et ordonnance du pain vendable Coingnac.

Un second document, dont la prsentation est presque identique celle du prcdent.

Quant le boyceau de froment vault 2 s. 3 d. tr.

Le pain blanc dung denier doibt poiser treze onces.

Le pain o sa fleur dung denier vingt onces.

Le pain reboutet dung denier vingt cinq onces et demy quart donce.

Boyceau froment a 2 s. 6 d. tr.

La miche dung denier doit poiser douze onces.

Le pain o sa fleur dudit prix dix huit onces.

Le pain reboutet vingt quatre onces.

Boyceau froment a 2 s. 8 d. tr.

La miche dung denier doit poiser onze onces et ung quart.

Le pain o sa fleur seze onces trois quars etdemye once*

Le pain reboutet XXII onces et demye.

Boyceau froment a 2 s. 5 d. tr.

La miche dung- denier dix onces et demye.

Le pain o sa fleur quinze onces et trois quars.

Le pain reboutet doit poiser vingt et vne once.

Boyceau froment a.4 d. tr.

La miche dung denier doit poiser dix onces.

Le pain o sa fleur quinze onces.

Le pain reboutet vingt onces.

Boyceau froment 3 s. 2 d. tr.

La miche dung denier doit poiser neuf onces et demye.

Le pain o sa fleur quatorze onces et ung quart.

Le pain reboutet dix neuf onces.

Le boyceau a 3 s. 4 d. tr,

La miche dung denier doit poiser neuf onces.

Le pain o sa fleur treze onces.

Le pain reboutet dix huit onces.

Le boyceau a 3 s. 6 d. tr,

La miche dung denier huit onces et demye.

Le pain o sa fleur douze onces.

Le pain reboutet dix sept onces.

Boyceau 3 s. 8 d. tr,

La miche dung denier huit onces et le sixte dune once.

Le pain o sa fleur douze onces et ung quart donce.

Le pain reboutet seze onces et ung tiers donce.

Boyceau de froment a 3 s. 5 d. tr.

La miche dung denier huit onces meis [moins] le sixte dune once.

Le pain o sa fleur douze onces.

Le pain reboutet quinze onces et deux tiers donce.

Boyceau de froment a 4 d. tr.

La miche dung denier sept onces et demye.

Le pain o sa fleur unze onzes et ung quart donce.

Le pain reboutet quinze onces.

XVIe sicle - Mercuriale rglant le prix du pain et le poids du bl rduit en farine

PULCHRUM EST REIPUBLICAE BENEFACERE [3] (Note de F. Marvaud)

Le boisseau de bled froment estant, reduict en farine, en pain blanc poisa vingt neuf livres trois quartz, faict en tout.
Le pain de dixhuit denyers, a raison de vingt sols le boisseau de froment, doibt poiser trente huict onces.
Le pain a raison de vingt cinq solz le boisseau doibt poiser vingt huict et doibvent rendre.
A trente solz le boisseau le pain de dixhuict denyers doibt poiser vingt huict onces trois quartz et doibuent rendre vingt pains.
A trente cinq solz le boisseau le pain de dixhuict denyers doibt poiser vingt trois onces et demye et doibvent rendre vingt deux pains et demy.
A quarante solz boisseau de dixhuict doibt poiser dix neuf onces et doibvent rendre vingt cinq pains et... de pain.


[1tournois

[2poiser : peser

[3Ce rglement, ayant pour but d’tablir ce que devait donner le boisseau, aprs la mouture prleve, parat aussi appartenir Guillaume Babin, qui fit mettre en marge de la mme page : — Qui ayme le public nespargne le sien propre.

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.