Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Poids, mesures, monnaies, prix, salaires > Monnaies, prix et salaires > Prix et salaires en France de 1200 1380

Prix et salaires en France de 1200 1380

lundi 15 mai 2017, par Pierre, 2389 visites.

Les prix (alimentation, objets divers) et les salaires aux XIIIme et XIVme sicles.
Toutes les valeurs sont exprimes en livres, sols et deniers. 1 livre = 20 sols et un sol = 12 deniers
La livre tournois (l. t.) vaut 4/5e de la livre parisis (l. p.). Le sol tournois (s. t.) vaut 4/5e du sol parisis (s. p.), etc.
Source : Travail et salaire - Prosper Tarb - Paris 1841 - BNF Gallica

Voir : Prix et salaires en France de 1380 1500

Apprhender au XXIme sicle le prix des choses dans les sicles passs est un exercice difficile, pour plusieurs raisons :
 1 - la diversit des mesures : les seigneurs avaient droit de mesure, et donc de dterminer les units en vigueur dans leur domaine. Il en rsultait un parpillement de ces units qui rend quasi impossible l’tablissement de statistiques, aussi bien dans le temps que dans l’espace. La seule mesure qui ait connu une relle norme nationale est l’aune, mesure de longueur utilise pour le tissu, partir du rgne de Franois Ier.
 2 - le mode de vie et de consommation : Aujourd’hui, les dpenses alimentaires reprsentent environ 20% du budget des mnages, contre 35% en 1960, et prs de 90% au XIIIme sicle.
Pour en savoir plus sur les prix et salaires, voir sur ce site : Monnaies, prix et salaires, et plus particulirement Conversion des monnaies d’avant la Rvolution en valeur actuelle

Treizime sicle.

Grains.
1202. - Le setier de bl valait Paris 5 sols 6 deniers ; Angers, 6 sols 8 deniers ; il tomba mme 2 sols 6 deniers.
On payait le setier d’avoine, mesure de Paris, 6 s. 11 d. ; mesure de Moret et de Lafert, 2 s. ; le setier de pois et de fves, mesure de Lafert, 6 s. 3 d.
1256. - Languedoc. - On valuait un setier de bl 5 s. 4 d. t.
1230. - On vendait 5 s. le setier d’avoine.
1219.- Normandie.- On vendait 20 s. le setier de beau bl, et 18 s. 9 d. le setier de bl moyen.
1264. - Clairvaux, - Le setier de bl pesant 480 livres, valait de 47 48 s. t.
1250. - On vendit 3 s. 4 d. t. 40 livres de froment, et 25 s. un setier de bl.
1258-1281. - Paris. - Le plus grand pain valait 2 d., le plus petit pain une obole ou un demi denier. On avait 2 gaufres pour un d. - L’chaud ne valait pas une obole. - 3 pains doubleaux valaient de 5 6 d.

Aliments.
1202. - On vendait le muid de vin Montargis 32 s. 9 d., en Gtinois, 12 s. On avait un petit porc pour 5 s., un cochon grill pour 13 s. 6 d.
1256. - Languedoc. - On payait une gline 6 d. t., une oie 8 d. t.
1230. - On paya 4 d. un chapon, 3 d. une gline, 6 d. une oie, 15 d. cent œufs.
1210.- Normandie.- Un chapon valait 16 d.
1264. - Clairvaux.- On vendait 3 s. 1 d. le cent d’œufs, 9 s. la livre de poivre, 9 d. un poulet, 18 d. une gline, 16 s. 3 d. un mouton, 6 l. t. cinq cent cinquante livres de miel.
1272.-Normandie. - Le galon de bire valait 2 d. t.
1268. - On avait pour 1 denier quatre barbeaux, ou quatre carpes, ou quatre tanches, ou quatre anguilles de petite taille.
1291. - On payait 2 d. un petit brochet, 1 denier deux barbillons, autant deux carpillons, autant quatre jeunes anguilles.

Objets divers.
1202. - On payait le minot de sel 1 s. 8 d., une livre de cire 2 s. 2 d., une livre de plomb 1 d., une livre d’tain 6 d.
Un cheval de luxe cotait 30 livres, un cheval commun 10 l., un roussin 50 l., un palefroi 60 l.
La toile pour faire des chemises fines valait 2 s. l’aune.
Celle qui servait faire les chemises des religieuses de Poissy, valait 1 s. 8 d. l’aune.
1219.- La livre de cire valait 3 s. 10 d. ; en 1264, on l’avait pour 3 s. 6 d. prix moyen.
1250. - La nourriture d’un chien de chasse tait value 1 d. par jour.
La robe d’un archer valut 100 s.
1285. - Les fauconniers du roi recevaient par an 14 l. pour leurs robes, et autant pour nourrir leur cheval.
1296. - Paris. - Un juif fut vendu 300 l.
Marguerite de Provence reut pour son douaire 219 l. 7 s. 6 d. de rente par quartier.
1260. - 4 d. suffisaient pour payer le dner et le souper d’un ouvrier.
Un mtier de coutelier se vendait 5 s. au maximum.

Salaires
1202. - La faon d’un arpent de vigne se payait 36 s. 4 d.
1220. - Le chancelier de France recevait 7 s. par jour pour son entretien, celui de ses chevaux et valets cheval.
1250. - On donnait par jour 6 d. un valet de chiens, 2 s. un archer, 6 d. un braconnier, 8 d. un valet de pied.
1270. - Lancelot de St-Maard , marchal de France, avait 1,400 l.t. de gages.
1288. - Le grand-bouteiller de France touchait 25 s. p. par jour.
Le premier chanson du roi recevait 4 s. 4 d. par jour. Les autres n’avaient que 3 s. 3 d.
1285. - Le roi donnait par jour 2 s. 6 d. chaque fauconnier, 3 s. chaque veneur, 18 d. chaque valet de veneur ; le veneur avait de plus 5 l. pour acheter une robe, son valet n’en avait que 4.
1274. - Jean de Beaune, fauconnier du roi, recevait 3 s. par jour.
1274. - Estienne Granche en recevait 4 en mme titre.
1280. - Les honoraires de l’avocat taient proportionnels son mrite et l’importance de la cause ; mais ils ne pouvaient excder 30 l.
1258. - On donnait 4 d. par muid au mesureur-jur.
Le meunier pouvait demander aux boulangers de 4 6 d., pour droit de mouture, par setier ; et aux bourgeois, par setier, un sol ou un boisseau ras.
1254. - On devait 1 d. par millier de harengs aux compteurs de poissons.
1299. - Les courtiers de foin avaient droit 12 d. par mille de foin, 1 d. par cent.
1260. - On donnait par jour 4 d. un crieur de vin, 2 d. par tonneau de vin et 4 d. par tonneau de miel au jaugeur.

Du 6 dcembre 1286, jour de l’avnement de Philippe le Bel, au 1er fvrier 1327, date de sa mort.

1310. - Un setier de bl froment valait 7 s.
1304. - Etampes. - Un muid de bl cota 14 s. p.
1289. - Le setier de bl semer valut 7 s. 10d. ; le setier de froment manger 6 s. 3 d.
1290. - On paya le setier de bl 8 s. 4 d..
1294. - Le mme setier valut 9 s. 8 d. ; la mme mesure de mteil cota 3 d. de moins.
1297. - Le setier d’orge valut 11 s. 3 d.
1304. - Le setier du meilleur bl valut 40 s.
1313. - On vendit le setier de bl 8 s. 7 d., celui de farine 17 s. 8 d., celui d’avoine 13 s. 10 d.
1314. - On vendit 10 s. le setier de bl, 7 s. 2 d. le setier d’orge.
1315. - Il y eut famine ; le bl valut de 40 50 s. t. le setier.
1316. - On vendit 29 s. 1 d. le setier d’orge, 26 s. celui de froment, 8 d. la livre de riz.
1322. - On vendit la livre de riz 6 d., le setier de froment 20 s. 3 d.
1323. - On vendit 15 s. 7 d. le setier de froment.
1324. - La livre de riz valut 4 d.
1325. - Le setier de seigle cota 6 s. 9 d., celui d’avoine 7 s.
Toutes ces valuations peuvent s’appliquer Paris et ses environs.

Aliments.
1310. - La nourriture de neuf chevaliers du Temple, non rconcilis, cotait 12 d. par jour.
1305. - Dix œufs valaient 1 d. t. ; on avait un chapon pour 8 d. t. ; une poule pour 4 d. t.
1326. - Les anguilles, barbeaux, carpes, tanches, brmes, de petite taille, valaient au minimum 1 d. pice.
1322. - Six plies valaient 4 s.
1317. - Les poissons de petite taille valaient au minimum, savoir : un brochet 2 d., quatre anguilles 1 d., deux carpeaux 1 d.
1304. - tampes. - Sept oies et quatorze coches cotrent 10 s. parisis.
1287. - On paya 11 s. un setier de pois, 3 l. 8 s. 6 d. un tonneau de vin, 7 d. une livre d’amandes.
1290. - On paya 3 s. 3 d. une brebis, 7 d. une pinte d’huile, un minot de sel 1 s. 7 d., un setier de noix 14 s.
1295. - On eut pour 8 s. 6 d. un pourceau, pour 8 s. 8 d. un millier d’oignons.
1302. - On vendit cent poires 1 s. 2 d., un millier de pommes 8 s. 6 d., le minot de sel 3 s. 7 d.
1312. - On paya 17 s. 5 d. le setier de pois, 14 s. 6 d. un pourceau, 6 s. 8 d. un mouton, 3 l. 4 s. 10 d. un tonneau de vin, 31 s. une vache, 4 l. 15 s. un bœuf, 1 s. la pinte d’huile.
1316. - On paya 12 s. un petit porc, 30 s. un setier de pois, 18 s. 4 d. un pourceau, 6 s. un mouton, 25 s. un setier de noix, 8 l. un tonneau de vin.
1320. - On vendit un mouton 8 s. 7 d., un setier d’oignons 10 s., une livre d’amandes 5 d.
1322. - On vendit un pourceau 12 s. 8 d., un mouton 10 s. 7 d., un setier de fves 16 s. 3 d., une pinte de vinaigre 5 d., une livre de drages 5 s.
1324. - Une livre de sucre blanc fut paye 4 s., on eut un mouton pour 6 s. 4 d.
1325. - On paya un veau 9 s.
1326. - Une pinte de vin valut 1 d. et demi, une queue de vin rouge 6 l., un tonneau de vin 8 l.
Toutes ces valuations, depuis la date de 1287, s’appliquent Paris et ses environs.

Objets divers.
1300. - Cent tuiles cotaient de 20 s. 24 s. Cent carreaux se payaient 3 s.
1307. - Poitou.- On payait 8 d. un fer de cheval, 6 d. un fer de mulet, 4 d. un fer d’ne.
Un roussin se louait 15 d. ; le locataire devait le nourrir.
On vendait 6 d. la livre de suif, 8 d. la livre de chandelle, 18 d. la charge d’un homme, en foin, 2 s. celle d’un ne, 4 s. celle d’un cheval. La charge d’un cheval, en paille, valait 18 d.
1287.-On paya une paire de souliers 2 s. 5 d.
1294. - On avait pour 9 d. et demi une aune de toile, pour 4 l. 10 s. un livre d’vangiles , pour 1 s. 1 d. une aune de toile de lin, une aune de grosse toile pour 8 d.
1296. - On payait 1 s. 7 d. une livre de fil, 24 s. un millier de tuiles.
1312. - On paya une aune de toile rondette 1 s. 5 d., et 2 I. 2. s. un millier de cerceaux ;
1314. - La livre de plomb valait 3 d. Paris.
1322. - L’aune de blanchet valait 6 s. 4 d., celle de futaine 1 s. 8 d., celle de toile de coutil 1 s.

Il ne sera peut-tre pas sans intrt de rappeler ici les principales dispositions des ordonnances sur le luxe, rendues en 1294.
Il fut dfendu aux bourgeois d’avoir char et de porter fourrures, or, pierres prcieuses, couronnes d’or et d’argent.
On permit quatre robes par an aux ducs, barons et comtes ayant 6,000 l. de rente, deux robes aux compagnons des chevaliers, deux paires de robes un prlat, trois paires de robes, dont une pour l’t, aux chevaliers et bannerets ayant 3,000 I. de rente, deux paires de robes un cuyer, une paire de robes un garon. Les demoiselles qui avaient moins de 2,000 l. de rente ne pouvaient avoir plus d’une paire de robes.
On fixa ensuite le prix que chacun pouvait mettre sa robe.
On concda la permission de mettre au maximum l’aune d’toffe, mesure de Paris, savoir : aux grands seigneurs 25 s., aux bannerets, chtelains et leurs femmes, 18 s., leurs compagnons 15 s., aux cuyers, fils de barons, 15 s., aux cuyers de prlats, comtes et barons, 6 7 s., aux clercs en dignits 16 s., aux chanoines 15 s., aux bourgeois ayant 2,000 l. de rente 12 s. 6 d., leurs femmes 16 s., aux autres bourgeois 10 s., leurs femmes 12 s.

Salaires.
1320. - Les appointements des marchaux de France furent fixs 500 l. t. en temps de guerre.
1319. - Un homme d’armes avait droit 7 s. et demi par jour.
1310. - Le conntable de France recevait 25 s. parisis par jour, et 10 l. les jours de fte.
Quand le roi chevauchait, arm de tout point, pour assaut ou bataille, le conntable recevait 100 l. par jour.
Il n’en avait que 50 quand le roi chevauchait jambes armes tant seulement.
1306 - 1308. - Thibault de Chessoy, amiral de France, recevait en mer 30 s. par jour. ’
Chaque chevalier embarqu avec lui recevait aussi par jour 15 s.
Un cuyer n’avait que 7 s. 6 d.
1320. - Il y avait au Chtelet de Paris soixante notaires ; leurs tudes se vendaient de 30 40 l. parisis de redevance par an.
Un avocat au Chtelet pouvait demander 5 s. par jour par lui employs un procs dont l’intrt tait de 30 l. t.
Un procureur au Chtelet pouvait demander 12 d. par jour pour chaque querelle, ou 20 s. pour toute l’anne, ou 60 s pour toute la cause, montant 30 l. t.
1320. - Un aide-notaire du roi avait 60 l. de gages par an.
1287. - Le procureur d’un couvent recevait 40 l. par an.
1307. - Poitou.- Les meilleurs charpentiers ou maons recevaient pour leur journe 18 d. t. ; si on les nourrissait ils n’en avaient que 12.
Les maons et charpentiers moins habiles n’avaient droit qu’ 12 d. ; on ne leur en devait que 3 si on les nourrissait.
Les bons ouvriers bras, les vignerons, les frotteurs, recevaient pour leur journe 8 d. ; on ne les nourrissait pas.
1287. - On paya 8 l. 16 s. 7 d. pour mesurer, couper, fagoter, charger, entasser huit arpents de bois et faire la haie d’entour.
1295. - On prenait pour enluminer et lier un brviaire 1 l. 15 s. ; et 7 d. pour moudre un setier de bl. La faon d’une paire de souliers cotait 1 s.
1322. - La reine avait pour ses aumnes 400 l. parisis par an ; quand elle voyageait , on lui allouait aussi pour aumnes 16 s. par jour. Elle avait encore, pour faire d’autres dons, une somme de 40 l.
Ses dpenses de fantaisie taient fixes 600 I.
Les dames de la reine recevaient chacune par an, pour leurs atours, 30 l, Ses femmes n’en avaient que 20.
1317. - Jean Dcamp-d’Avoine, fauconnier du roi, avait pour gages 5 s. par jour,
1322. - Un sergent (officier civil) avait droit 5 s. pour sa journe ; il pouvait encore exiger 12 d. par lieue qu’il parcourait dans l’exercice de ses fonctions.
1315. - Champagne. - Les notaires avaient droit 1 d. pour crire trois lignes ; la ligne devait tre longue d’une palme et contenir 70 lettres.
Si l’acte qu’ils rdigeaient n’avait que de 4 6 lignes, ils pouvaient rclamer 11 d.
1323. - Les prlats, commissaires du roi, recevaient 4 l. par jour.
Les receveurs des finances touchaient 100 l. par an.
Le prvt de Paris recevait par an 500 l.,
Quelques baillis avaient droit la mme somme.
1388. - Un matre des eaux-et-forts recevait 100 l. de gages par an.
1309. - Un sergent cheval recevait 6 s. parisis pour sa journe.
1317. - Les matres des requtes au parlement recevaient en tout et en temps de parlement 12 s. par jour chacun.
Les clercs au parlement avaient droit la mme somme.
1318. - Un commissaire envoy par le parlement pouvait exiger par jour 40 s. parisis au pays de Parisis, et 40 s. tournois au pays de Tournois.
1320. - Un conseiller examinateur prenait 12 d. pour entendre un tmoin, et 12 d. pour son criture.
Les gens des enqutes avaient droit 2 manteaux par an.
Un clerc du roi au Chtelet, pour tenir criture, recevait 2 s. 6 d. parisis par jour.
Un conseiller examinateur en transport recevait 16 d. par jour.
1316. - Le chancelier de France, la suite du roi, recevait par jour dix soudes de pain, 3 setiers de vin, l’un du vin du roi, les deux autres plus communs, 4 pices de chair et 4 de poulailles, du poisson l’avenant les jours maigres, 6 provendes d’avoine, des bches et de la chandelle.
1304. - Guillaume de Nogaret, chancelier de France, recevait 600 l. de pension.
1320. - Guillaume d’Arrablay, chancelier de France, avait 3,000 l. de pension.
Cependant Philippe-le-Bel avait fix 1,000 l. la pension du chancelier de France.
1327. - On donnait par an 40 l. un conseiller du roi au Chtelet, 6 d. p. un conseiller examinateur par tmoin entendu.

Rgne de Philippe VI- 1er fvrier 1327. - 22 aot 1350.

Grains.
1327. - On paya le setier de froment 13 s. 9 d. ; la livre de riz 10 d.
1332. - Le setier de froment valut 11 s. 8 d.
1337. - Le setier de froment 12 s. 5 d.
1339. - Il valut 2 s. de plus.
1340. - On paya 44 s. le setier d’orge.
1341. - Celui de bl valut de 7 17 s. ; la
livre de riz cota 1 s. .
1341. -. On paya 13 s. 10 d. le setier de froment.
1345. - La mme mesure ne valut que 10 s. Tous ces prix s’appliquent Paris et ses environs.

Aliments.
1349. - Dauphin et Auvergne. - On estimait une gline 6 d., un lapin 12 d., un mouton avec sa laine 15 s. 7 d., 100 livres de fromage 38 s., une livre de poivre 6 s. 9 d., un poulet 5 d., une poule 10 d., la pinte de vin 2 d.
1327. - Paris, le setier de vin de Beaune valait 4 s. 5 d. p. Le setier de vin blanc se vendait 2 s. 8. d. p. ; 3 setiers de cervoise valaient 16 d., 3 pintes de cervoise se payaient 2 d.
1327. - On paya un mouton 11 s. 9 d., un pourceau 17 s., la livre de sucre 5 s. 1 d.
1329. - On vendit un bœuf 7 l. 5 s., un setier de noix, 30 s., un setier de pois, 1 l. 3 s. 11 d.
1339. - On paya un mouton 9 s., une livre de riz 5 d., une livre de figues et de raisins 9 d., 100 hareng-saures 12s. 4 d., 100 harengs blancs 14 s.
1341. - Un bœuf cota 7 l. 13 s., un mouton 15 s. 5 d., un setier de pois 1 l. 9 s. 6 d.
1347. - Le mouton valut 12 s. 2 d., le pourceau 38 s. 6 d., la livre de sucre 9 s., celle d’amandes 1 s. 5 d.

Objets divers.
1347. - Le muid de pltre cuit valait l’hiver de 12 16 s., l’t de 10 12 s.
De bons souliers valaient 18 d. ; les souliers de femme se payaient 13 ou 14 d. ; ils en cotaient 16 s’ils taient trs-forts.
Des souliers solides, pour aller en ville, se vendaient 2 s. 4 d. .
Les meilleurs souliers valaient au maximum 2 s. 8 d.
Pour corroyer un cuir de la taille de Paris ou de Pontoise, on demandait 1 s.
1326. - On vendit une peau de mouton 3 s. ; un cent de laine 22 l. 1 s.
1341. - On paya la livre de suif 1 s. 7 d., celle de cire verte cacheter 6 l., une bougie de cire 5 s., une toison 10 s., la livre d’encens 7 s., le millier de tuiles 55 s., la livre de fil 1 s. 4 d., une aune de toile blanche dlie 3 s. 4d., l’aune de toile, pour faire nappes, 3 s. 10 d., l’aune de toile crue 1 s. 11 d., l’aune de toile de coutil 2 s. 1 d., l’aune de toile moulin 2 s. 4 d., le 1,000 de cerceaux 67 s., un cheval de voiture 32 l. 10 s.
1350. - On estimait 10 l. un faucon, autant un gerfaut, 100 s. p. un ruicelet, autant un autour.
1346. - Philippe-de-Valois allouait ses gens 15 l. pour avoir un cheval, 24 l. pour un palefroi , 16 l. pour un sommier (bte de somme), 10 l. 15 s. pour un roussin.
1347. - On payait une roue neuve de bon bois 10 s. 8 d., un aissel 14 d., une herse 10 d., un chartin neuf garni, de 5 s. 8 d. 6 s. 8 d., une charrue neuve 6 s. 8 d., un fer neuf de fer d’Espagne, pour palefroi ou roussin, 7 d., un fer de Bourgogne 6 d., un fer pour cheval de harnais des plus grands de 4 5 d., tout autre fer 4 d.
On payait 8 s. au maximum une selle de limon ou un collier garni, 5 s. 8 d. un collier de trait ou une avaloire garnie de merliers de cuir, ou une dossire.
La faon d’une robe cotait 3 s. 4 d., celle d’une housse valait 16 d. ; on payait 2 s. celle d’une housse longue chaperon, 5 d. 2/3 celle d’une chemise d’homme, 2 d. 2/3 celle d’une
chemise de femme, 4 d. celle d’une paire de chausses pour homme, 2 d. 2/3 celle d’une paire de chausses pour femme ou pour enfant.
Une fourrure de menu-vair ou d’agneau, suffisante pour garnir une robe et un chaperon, valait 16 d.

Salaires.
1350. - Un matre-veneur recevait 27 s. par jour, un matre fauconnier en avait autant.
1345. - Jean de Nielle, grand-gueux de France, avait 1,000 l. de pension.
1346. - Le roi donnait 36 l. par an chacun de ses chevaucheurs.
1346. - Jean de Beaumont, maitre-d’htel du duc de Normandie, touchait 300 l. par an.
1337. - Un notaire en transport avait droit 8 s, p. par jour.
Un seront en transport pouvait exiger 6 s. p. par jour.  :
1347. - Un commissionnaire vendeur de vin demandait 16 d. par tonnel , 8 d. par queue.
Un courratier (courtier) avait droit 8 d. par tonnel de vin.
Les dchargeurs de vin prenaient pour dcharger en terre ou en cellier 6 d. par tunnel et 4 d. par queue, et pour dcharger en cave 4 d. par tonnel et 8 d. pour 3 queues. ,
1338. - Les appointements des marchaux de France en guerre taient de 500 I. par an.
1328. - Le sire de Moreuil, prcepteur des fils de France, recevait pour ses gages 500 l. par an.
1327. - Un conseiller du roi au Chtelet de Paris touchait 40 l. p. de pension par an.
Un conseiller-examinateur recevait 6 d. p. par tmoin entendu ; s’il se transportait il avait droit 8 s. p. par jour, de plus il recevait 12 d. par tmoin entendu. .
1348. - Guillaume Flotte, chancelier de France, avait 3,000 l. de pension.
1344. - Un commissaire du roi ou du parlement en voyage recevait par jour, pour lui et son cheval, 10 s. p. en pays de parisis, et t. en pays de tournois.
Son clerc n’avait droit qu’ 5 s. p. ou t.
Les procureurs ne pouvaient prendre plus de 10 l. pour chaque cause par parlement.
1347. - Depuis les vendanges faites jusqu’ la mi-fvrier, on donnait un tailleur de vigne 12 d. pour sa journe, tout autre ouvrier de vigne 8 d.
De la mi-fvrier la mi-avril, on devait aux tailleurs de vigne 20 d. par jour.
Les moissonneurs gagnaient chacun 20 d. par jour.
Un ouvrier cordonnier, pour tailler, coudre et livrer un douzaine de souliers, avait droit 2 s. 8 d.
Un meunier, pour moudre un setier de bl, devait se contenter de 12 d. p. .
Un tonnelier, pour relier un tonneau, pouvait demander, Paris 12 d., en village 10 d.
Une femme travaillant aux vignes avait droit 5 d. 1/3 sans dpens et au maximum, par jour, depuis les vendanges jusqu’ la Chandeleur.
De la Chandeleur l’entre d’aot elle pouvait demander 8 d.
Pour la faon d’un arpent de terre bl de quatre faons, on payait 16 s.
Pour faire mars en fortes terres d’une bonne faon, on payait 5 s. 4 d.
Si le terrain tait sablonneux, il n’en cotait que 4 s.
On donnait 2 s. 8 d. l’homme qui fauchait un arpent de pr, 12 d. celui qui fauchait un arpent d’avoine de vingt-deux perches.
De la Saint-Remi jusqu’ Pques un batteur en grange gagnait 42 d. par jour, ou 8 s. par muid de bl, ou 5 s. 4 d. par muid d’avoine.
On donnait 5 s. 4 d. un charretier fournissant deux chevaux et une charette ou un tomberel pour mener fumier.
S’il menait vin, grains ou fruits, il avait droit 8 s. ; on lui devait 40 s. s’il avait trois chevaux ; le charretier qui n’avait qu’un cheval gagnait 2 s. 8 d. par jour.
Un vacher gardant trente vaches avait droit 33 s. 4 d. par an.
Un charretier, depuis la Saint-Martin d’hiver jusqu’ la Saint-Jean, avait 40 s. de gages ; depuis la Saint-Jean jusqu’ la Saint-Martin on lui donnait 2 l. 2/3.
On donnait par an 20 s. une chambrire, 33 s. 4 d. une nourrice demeurant chez les parents de l’enfant, et 46 s. 8 d. celle qui demeurait chez elle.
On donnait un tondeur de drap 8 d. pour tondre trois aunes de drap de roi, 8 d. par anne d’carlate, 12 d. pour les tondre l’envers, 2 d. par aune de gros drap.
Les maons, couvreurs, tailleurs de pierre et charpentiers, depuis la Saint-Martin d’hiver jusqu’ Pques, avaient droit chacun 17 ou 18 d. par jour ; on ne devait leurs aides que 11 d. pour leur journe.
Depuis Pques jusqu’ la Saint-Martin, on donnait par jour ces ouvriers 21 d. ; leurs aides avaient droit 13 ou 14 d.
On donnait 16 d. un ouvrier pour lier un mille de foin deux liens ; s’il le liait trois liens l’œuvre de Paris, il avait droit 20 d. ; on lui devait 2 s. s’il liait l’œuvre de Rouen.
On donnait 12 d. un boucher pour tuer et saler un pourceau, 2 d. 2/3 la femme qui Iavait le ventre du pourceau, 6 d. 2/3 celui qui faisait les andouilles et boudins.
Les porteurs de charbon avaient droit 2 d. 2/3 pour porter un sac dans l’intrieur de Paris, 4 d. pour en porter un hors Paris..
Ou donnait par jour 8 d. sans dpens une femme de journe ; si on payait ses dpens elle ne recevait que 4 d.
Les laveuses de linge pouvaient demander 2 d. pour trois pices de linge grandes ou petites qu’elles lavaient.
1339. - Les batteurs de grain reurent prs de Paris 5 s. 2 d. par muid.
1332. - Miles Denoyers, marchal de France et conseiller au grand conseil, avait 2,000 l. de pension.
1350. - Jehan de Sarrebruck avait 100 s. par jour quand il assistait au conseil secret du roi.
1346. - Un sergent pied recevait 3 s. pour sa journe.

Jean II. - 22 aot 1350. - 8 avril 1364.

Grains.
1360.- Un setier de bl se vendit 30 s. t.
1350. - On vendit 70 s. le setier de bl, 4 l. 4 s. celui de froment. Le pain de 12 18 onces valut Rome 12 d.
1351. - Il y eut cette anne grande disette, et on vendit le setier de froment 6 l.
1354. - On vendit 29 s. 4 d. le setier de froment.
1356. - On eut pour 12 s. le setier de bl, pour 17 s. 8 d. celui de froment.
1360. - On paya 25 s. le setier de bl.
1361. - La livre de riz 1 s., le setier de froment 30 s. 2 d.
1350. - Le muid de bl valait 12 l. p. ou 15 1. t. Le setier se vendait 20 s. p. ou 25 s. t.
Le pain de Chailly (blanc), pesant cuit 12 onces, se donnait pour 1. d. p.
Le pain de Brode (noir), pesant cuit 6 livresr valait 4 d. p.
Le pain Bourgeon pesant cuit 2 livres, se vendait 2 d. p.

Aliments.
1350. - Paris. - Les vins de Beaune se vendaient 6 s. 8 d. p. le setier ; c’tait le maximum du prix du vin rouge cr au royaume.
Les vins blancs ne valaient que 4 s. le setier.
A St-Denis, la mesure contenait un tiers de plus que la mesure de Paris ; le vin valait un tiers de plus.
La cervoise valait 8 d. le setier, 1 d. la queue.
On paya 13 s. 7 d. un mouton, 57 s. 10 d. un pourceau lard , 1 s. 11 d. 100 pommes, 105 s. un setier de pois et de fves.
1354. - On paya 100 œufs 8 s., un mouton 24 s., une livre d’amandes 2 s.
1356. - On paya un taureau 6 I., une vache 38 s., un mouton 11 s. 3 d.
1361. - On paya 100 œufs 7 s. 9 d., un pourceau lard 3 l. 13 s., un mouton 12 s. 3 d., un setier de pois et de fves 46 s. 2 d., une livre de sucre 10 s., une livre de figues et de raisins 10 d., 100 pommes 1 s.

Objets divers.
1350. - Des souliers solides pour aller en ville valaient 3 s. 6 d. ; on payait au maximum 4 s. les souliers de la meilleure qualit.
On paya 15 s. 4 d. la livre de gingimbre, 18 s. celle de drages, 5 s. 8 d. un quarteron de bches.
1350. - Le muid de pltre se vendait l’t de 15 18 s., l’hiver de 20 24 s. -
1350. - On payait 16 s. une roue neuve de bon bois, 20 d. un aissel, 2 s. une herse, de 8 10 s. un chartin neuf garni, 10 s. une charrue neuve, 6 s. pour ferrer de neuf une charrette, 10 d. un fer neuf en fer d’Espagne pour palefroy ou roussin , 9 d. un mme fer en fer de Bourgogne, 7 d. un fer pour cheval de harnais des plus grands, 6 d. tout autre fer. Une selle de limon 12 s. au maximum, un collier garni 12 s., un collier de trait 8 s., une dossire 8 s. au maximum. .
La faon d’une robe se payait 5 s., celle d’une housse 2 s., celle d’une housse longue chaperon 3 s., celle d’une chemise d’homme 8 d., celle d’une chemise de femme 4 d.
La fourrure de menu-vair ou d’agneau, ncessaire pour garnir une robe et un chaperon, valait 2 s.
On payait 6 d. la faon d’une paire de chausses pour homme, 4 d. la faon d’une paire de chausses pour femme ou enfant.
Un marchand qui n’tait pas ouvrier devait se contenter de gagner 2 s. sur 20. - Cette prescription s’appliquait spcialement aux marchands de draps en gros et en dtail, aux piciers, tapissiers, fripiers, cordiers, vendeurs de hanasses et autres marchands.
Une paire de souliers valait 2 s. s’ils taient faits pour homme, 20 d. s’ils taient faits pour femme ; des souliers de femme trs-forts se vendaient 2 s.

Salaires.
1371. - On donnait en campagne, et par jour, 40 s. t. un chevalier banneret, 20 s. t. un simple chevalier, 10 s. t. un cuyer arm, et 5 s. t. un valet arm de haubergeon, bacinet camail, gorgerette et gantelet.
Un bon cheval de guerre pour un homme d’armes se payait 30 I. t. On estimait 20 I. un cheval pour un valet.
Un arbaltrier qui avait bonne arbalte et arm de pied en cap recevait 3 s. par jour.
Un pavisier, arm de pied en cap, n’avait que 2 s. 6 d. par jour.
1360. - On donnait un florin de Florence par jour un chevalier, et un demi-florin un cuyer.
1350. - Les commissionnaires vendeurs de vin demandaient 2 s. par tonnel, 12 d. par queue.
Les dchargeurs de vin , pour dcharger en cellier, avaient 9 d. par tonnel et 6 d. par queue ; pour mettre en cave ils demandaient 6 d. du tonnel et 4 d. de la queue.
Les jurs-vendeurs de poissons exigeaient 6 d. p. du panier de poissons, 3 d. du mille de harengs.
Les jurs-mesureurs de bl et de farine recevaient 2 d. par setier.
Les jurs-compteurs de poissons avaient droit 2 d. par millier de harengs.
1357. - Un commissaire du parlement, employ la police de la mare, recevait 10 s. p. par jour. ,
1350. - On donnait 18 d. un boucher pour tuer et saler un pourceau, 4 d. une femme qui lavait le ventre du pourceau , 10 d. celui qui faisait les andouilles et boudins.
Les porteurs de charbon gagnaient par sac 4 d. s’ils travaillaient dans Paris. S’ils sortaient de Paris, on leur devait 6 d.
On donnait une femme de journe, par jour, 12 d. sans dpens , et 6 d. seulement si on payait ses dpens. .
Une laveuse d linge avait droit 1 d. par pice de linge lave grande on petite.
Pour corroyer un cuir de la taille de Paris ou de Pontoise, on demandait 1 s. 6 d.
Un ouvrier cordonnier demandait 4 s. pour tailler, coudre et livrer une douzaine de souliers.
On paya 7 l. la faon d’un arpent de vigne, 18 s. le battage d’un muid de grain.
1350. - On devait 8 s. par jour un charretier fournissant 2 chevaux, une charrette ou un tomberel, pour conduire du fumier.
II avait droit 12 s. s’il conduisait grains, vins ou fruits.
Sa journe tait de 15 s. s’il avait 3 chevaux , de 4 s. s’il n’avait qu’un cheval.
Les gages d’un vacher pour garder 30 vaches taient de 50 s. par an.
Ceux d’un charretier, depuis la Saint-Martin d’hiver jusqu’ la St-Jean, taient de 60 s. ; depuis la St-Jean jusqu’ la St-Martin d’hiver on lui devait 4 l.
On donnait par an 30 s. une chambrire, 50 s. une nourrice si elle demeurait chez les parents de l’enfant, 100 s. si elle demeurait chez elle.
Les tondeurs de drap avaient 4 d par aune de drap de roi, 12 d. par aune d’carlate, 18 d. si on le tondait l’envers, 3 d. par aune de gros drap.
Depuis la St-Martin d’hiver jusqu’ Pques, on devait au maon ou au couvreur 26 d. par jour, et 16 d. son aide.
Depuis Pques jusqu’ la St-Martin, la journe du maon ou du couvreur tait de 32 d., celle de l’aide de 20 d.
Les tailleurs de pierre et les charpentiers taient pays comme les maons et les couvreurs.
Pour lier un mille de foin deux liens, on donnait 2 s. un ouvrier ; on lui devait 2 s. 6 d. s’il liait 3 liens l’œuvre de Paris, et 3 s. s’il liait l’œuvre de Rouen.
1360. - Les conducteurs de tombereaux enlever les boues de Paris rclamaient de 12 , 18 d. par voiture.
1350. - Un savetier qui mettait de son cuir au soulier, pouvait demander 2 d. au plus.
Pour coudre le cuir d’autrui il n’avait droit qu’ 4 d.
Depuis les vendanges faites jusqu’ la mi-fvrier, on donnait par jour, aux bons tailleurs de vigne, 48 d. sans dpens, aux foueurs de vigne 46 d. sans dpens , aux autres ouvriers de vigne 12 d. sans dpens.
De la mi-fvrier la mi-avril, on donnait 2 s. 6 d. p. aux tailleurs de vigne, 2 s. aux foueurs.
Les moissonneurs avaient droit 2 s. 6 d. par jour.
Un tonnelier pouvait exiger, pour relier un tonneau, 18 d. Paris, 16 d. en village.
On devait aux femmes qui travaillaient aux vignes 8 d. sans dpens par journe, depuis les vendanges jusqu’ la Chandeleur.
Depuis la Chandeleur jusqu’ l’entre d’aot, elles avaient droit 12 d. par jour.
On devait payer 24 s. pour la faon d’un arpent de terre bl de 4 faons , 8 s. pour faire mars en fortes terres d’une bonne faon, et 6 s. seulement s-lieux sablonneux.
On devait au maximum 4 s. un faucheur de pr pour faucher un arpent, 18 d. par arpent de 22 perches un faucheur d’avoine, 18 d. par jour un batteur en grange, depuis la St-Remi jusqu’ Pques, ou 12 s. par muid de bl, 8 s. par muid d’avoine.
1361. - Philippe de Savoisy, gouverneur de Melun , avait 1,200 l. par an.
1356. - Un huissier du parlement en transport avait droit 8 s. par jour.
Un sergent cheval recevait la mme indemnit. .
1363. - Paris. - Le commandant du guet recevait 10 s. par jour, et 20 l. p. par an pour avoir un manteau.
On donnait par jour un sergent du guet cheval 2 s. p., un sergent pied 12 d. p., au clerc du guet la mme somme.
1361 - L’avocat du conseil de la mare recevait pour ses gages 10 l. p. par an.
On n’en donnait que 5 au procureur du conseil.
1360. - Le douaire de la dauphine fut fix 15,000 l. t. de rente annuelle.
1351. - Jean de Serens, garde des oiseaux du roi et son fauconnier, recevait 3 s. par jour.
1364.- Robert de Maignelais, grand chanson de France, recevait 3 fr. d’or par jour.

Charles V. - Du 8 avril 1364 au 16 septembre 1380.

Grains.
1370. - Le bl se vendait 16 s. le setier.
Le pain de Chailly et le pain bourgeois se vendaient 4 d. pice.
1372. - Paris. - Le pain de ChailJy (blanc), pesant cuit neuf onces 1/4, se vendait 1 d.
On avait pour 4 d. un pain de Brode (bis), pesant cuit vingt-quatre onces.
1365. - Le setier de bl valait 20 s. 3 d. , 4369. - On le paya 34 s. 2. d. . .
1372. -Il ne valut que 12 s. .
1375. - Le setier de froment valut 15 s, 4 d.
1376. - Le prix du setier de bl varia de 4 s. 5 d. 14 s.

Aliments.
1365. - Paris et ses environs. - On paya 10 s. 11 d. un mouton, 16 s. un setier de pois et de fves, 4 l. 40 d. une queue de vin.
1369. - On eut cent œufs pour 6 s. 3 d., un mouton pour 10 s. 7 d., le setier de pois et de fves pour 20 s. 4 d.
1372. On vendit cent œufs 4 s. 8 d., un mouton 12 s. 4 d., deux pourceaux 25 s., la
livre de sucre 8 s. 8 d., le veau 13 s., un porc gras 2 l, 15 s., le setier de pois 30 s., celui d’oignons 48 s. 5 d.
1375. - On eut une poule pour 1 s., cent œufs pour 4 s. 9 d., un mouton pour 11 s. 8 d., le setier d’huile pour 4 l., la queue de vin vieux pour 12 I., celle de vin nouveau pour 6 I. 8 s.
1370. - On vendit un pourcel 25 s., cent œufs 3 s. 11 d., le setier de pois 20 s., celui d’oignons 2 l. 1 s. 4 d., un pourceau 2 l. 7 s., le mouton 11 s. 6 d., la queue de vin 4 l. 19 s. 7 d.

Objets divers.
1375. - Une ceinture d’or, garnie de perles et de pierreries, achete pour la reine, cota 292 l. d’or 5 s. 3 d.
1379. - On paya 1 l. une houpelande longue de veluet vermeil fourre de menu-vair, pour le fils du roi de Navarre ; c’tait l’habit des dimanches de ce jeune prince.
1372. - Le quarteron de bches de moule valait 2 fr., l’aune de toile 3 s. 4 d., une futaille 7 s. 6 d.
1376. - On payait 1 s. 9 d. la peau de mouton, le quarteron de bches 1 l. 12 s. 1 d.

Salaires.
1372. - Pierre de Villiers, portes-oriflamme, avait 1,000 l. t. de pension.
1365. - Lemingre de Boucicault, marchal de France, recevait 3,000 fl. par an pour son tat.
1368. - Jean de Mauquenchy, sire de Blainville, marchal de France, avait 2,000 fr. d’or par an pour sa pension.
1373. - Jean de Vienne, amiral de France, touchait 2,000 l. par an.
1375. - Les conducteurs de tombereaux enlever les boues de Paris recevaient de 12 18 d. par voiture.
1376. - On paya 2 s. 3 d. le fauchage de l’arpent d’avoine.
1379. - Un collecteur cheval avait droit 4 s. par jour.
Un collecteur pied n’en recevait que 2.
1371. - Bernard Aycelin avait 800 l. de pension comme conseiller attach la personne du roi.
1367. - Jean de Meudon, gouverneur de Saint-Germain, touchait 600 l. de pension.
1370. - Guillaume des Bordes, gouverneur de Montereau, avait 700 l. de gages. .
1380. - Rogues de Moreuil recevait 1,000 l. de gages comme conseiller du roi.
1361. - Le procureur des marchands de poisson avait 40 l. p. de gages par an.
En 1380 il avait fini par se faire donner 200 l. ; on le rduisit 40 l.
1366. - L’apanage du duc d’Orlans, frre du roi, fut fix 6,000 l. de rente en terres.
1372. - La dpense de l’htel du roi tait fixe 6,000 l.
1374. - Le roi donna au dauphin pour apanage 12,000 l. de rente en terres.
1375. - Le douaire de la reine fut fix 25,000 l. de rente annuelle.

Messages

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.