Histoire Passion - Saintonge Aunis Angoumois

Accueil > Grands thèmes d’histoire locale > Villes, bourgs et villages > 1839 - Communes de Charente-Maritime > 17 Arrondissement de La Rochelle > 17 Canton Est de la Rochelle > 17 Périgny

17 Périgny

Commune

samedi 22 octobre 2022, par Pierre, 16 visites.

Source : "Statistique du Département de la Charente-Inférieure" (1839) par A. Gautier, Fleuriau de Bellevue, Membre du Conseil général ; Bargignac, sous-Préfet de Marennes ; Michel, Conseiller de Préfecture ; Dor, Ingénieur en chef des Ponts et chaussées ; Massiou, Juge d’instruction ; Dubeugnon, Juge au tribunal civil ; Delayant, Professeur de philosophie ; G. Mareschal ; Dières- Monplaisir, Trésorier des Invalides de la Marine ; Chesnet , Docteur-médecin.

- Retour au Canton
- Retour à l’Arrondissement
- Retour au Département

PÉRIGNY. — Population : 860 habitans.

Cette commune, dont l’étendue est de 534 hectares, comprend, outre son chef-lieu, onze hameaux. Elle est placée à 5 kilomètres de la Rochelle, dans un petit vallon marécageux. Un grand nombre de jolies maisons de campagne, des bosquets, des bois, de futaie et de belles eaux, en rendent le séjour agréable. Elle est bornée au Nord par le canal de Niort.

Ses productions consistent en grains, vins et sel. Depuis plusieurs années on s’y livre avec succès à la culture du colza, aux dépens des terres employées aux céréales. La plus grande partie des vins se transforme en alcool, qui débouche sur la Rochelle.

Le chenal de la Moulinette était navigable et en bon état en 1621. Il avait trois points de débarquement, la Moulinette, le Port des vaches et le Port Louis , où les barques remontaient par le canal Maubec.

Le château, dit de Coureilles, a dû être construit en 1395. La tradition du pays est qu’il fut une résidence royale de Charles VII. Il existe sur la porte de la cour de ce château, une inscription, qui a été commentée par plusieurs savans sans les fixer. Cette inscription est : « Sedes ubi fata quietas », qu’on pourrait peut-être traduire par : Ici, la destinée, c’est le repos. Au dessous est incrusté le millésime 1583 ; mais comme cette porte paraît avoir été faite postérieurement à la construction du château, il est vraisemblable que ce grand cintre qui sert de principale entrée, aura été édifié comme un arc-de-triomphe en l’honnefur de quelque seigneur heureux à la guerre.

L’église, dont la construction date du 14e siècle, n’a rien de très-remar­quable ; ses pilastres sont des colonnes massives dont les côtes ou nervures se perdent de moitié diamètre dans le fût : les arcades sont en ogives et les ornemens qui les décorent sont en parfaite harmonie avec l’ensemble de l’architecture, qui est gothique.

Périgny s’appelait primitivement Périgné, ainsi qu’on le voit dans un pouillé de 1401 ; cette terminaison igné vient du mot latin ignitus, qui veut dire incendié : il se pourrait qu’un grand embrâsement qui aurait con­sumé les bois dont ce canton était couvert, eût donné lieu à cette déno­mination.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher dans le site

Un conseil : Pour obtenir le meilleur résultat, mettez le mot ou les mots entre guillemets [exemple : "mot"]. Cette méthode vaut également pour tous les moteurs de recherche sur internet.