1849 - La colonie agricole de la Vallade continue contre vents et marées

Un pavé dans la mare : l’article de l’Union Républicaine

D 19 mars 2016     H 00:26     A Pierre, Razine     C 0 messages A 65 LECTURES


Plan général de cette étude Références et bibliographie
Article précédent Article suivant

L’année 1848 s’était terminée sous le signe du désordre pour la colonie agricole de La Vallade. A la suite de différents rapports adressés au Préfet l’Administration est partagée. Certes, La Vallade rencontre des difficultés sur le plan de l’organisation mais il convient de soutenir l’initiative privée, l’assistance publique ne pouvant à elle seule gérer le trop plein de ces enfants déshérités. L’action de de Luc se doit d’être encouragée. Cependant, La Vallade est désormais sous surveillance.

Sources AD Charente Maritime

Dates clés de l’année 1849

- 28/01/1849 : rétablissement de la censure des spectacles.
- 29/01/1849 : tentative de coup d’état du président Louis-Napoléon Bonaparte contre l’Assemblée.
- 13/05/1849 : élections législatives. L’Union libérale (légitimistes, orléanistes et catholiques militants) obtient 53% des suffrages ; les républicains 10%.
- 13/06/1849 : une manifestation organisée par des députés en faveur de la République est sévèrement réprimée.
- 27/07/1849 : une loi restreignant la liberté de la presse entraîne la disparition de nombreux journaux.
- 31/10/1849 : Louis-Napoléon Bonaparte contraint le gouvernement à démissionner et retire à l’Assemblée une grande partie de ses pouvoirs.
- 27/11/1849 : les coalitions d’ouvriers et le droit de grève sont interdits.

Archives de l’année 1849 associées à cet article

AD17 - 3X373

- 15/04/1849 : Lettre du Sous-préfet de Saintes à Jean de Luc. Voir ce document
- 24/05/1849 – Extrait du registre des délibérations de la commission administrative de la colonie agricole de Valade. Voir ce document
- 27/05/1849 – Mise en place de la commission de surveillance de la Vallade. Voir ce document
- 30/06/1849 – Lettre du sous-préfet de Saintes aux membres de la commission administrative de l’hospice civil de Saintes. Voir ce document
- 31/07/1849 – Le même aux mêmes. Voir ce document
- 27/08/1849 – Lettre du sous-préfet de Saintes au Préfet de la Charente-Inférieure. Voir ce document
- 03/09/1849 – Délibération du Conseil Général : vote de la suppression de toute allocation de fonds à la Vallade. Voir ce document
- 06/11/1849 – Le Maire de Bordeaux au Préfet de la Charente-Inférieure. Voir ce document
- 10/11/1849 – Lettre du Préfet de la Charente-Inférieure au Maire de Bordeaux.Voir ce document

La colonie agricole de la Vallade sous haute surveillance

1849

Un arrêté préfectoral de novembre et décembre 1848 avait institué une commission de surveillance de l’Etablissement de La Vallade. Dès le début de l’année 1849, en proie à des difficultés croissantes De Luc change d’objectif. Comme il vient de créer La colonie de La Ronce, La Vallade devient seulement un établissement nourricier. Il réduit ses activités et le nombre d’enfants dans cette colonie, au profit de la nouvelle colonie de La Ronce.

Le 24 mai 1849, une commission administrative de la colonie agricole de La Vallade se réunit sous la présidence du Sous-Préfet de Saintes. Mr Charrier est chargé de s’entendre avec Mr De Luc sur un projet de règlement.

En juin, apparemment en mal d’effectifs, de Luc se ravise. Sans doute le nombre de colons accueillis à La Vallade influe t-il sur l’obtention de subventions pour fonctionner car il demande 30 enfants de 3 à 4 ans à l’hospice civil de Saintes. Le Sous-Préfet se montre réticent.

Un pavé dans la mare : l’article du journal l’Union Républicaine (Saintes)

L’Administration n’est pas la seule à s’inquiéter de ce qu’il se passe à La Vallade. Le journal L’Union Républicaine mène sa propre enquête et relaie les propos de l’Inspecteur des enfants trouvés dans un rapport au Conseil Général. Le journal s’interroge sur le bien fondé de subventionner La Vallade où le enfants vivent dans le plus grand dénuement et privé des soins les plus élémentaires.

Le tableau dépeint par le journaliste est effrayant, propre à frapper les esprits afin de faire cesser une situation qu’il juge scandaleuse : « Nous ne craignons pas de le dire, l’Etablissement de La Vallade est aujourd’hui dans un état de désordre et de désorganisation complet……les enfants sont tenus dans un état de mal-propreté impossible à décrire ; ils sont vêtus de haillons sordides. Pâles et chétifs, aux membres grêles et aux regards effarés, ils semblent attendre un libérateur et demandent à chaque visiteur si on ne vient pas bientôt les chercher …. Mal vêtus, mal nourris, mal couchés, mal surveillés, mal instruits, ils donnent un démenti vivant à tous ces charlatans de philantropie qui parce qu’ils sont vêtus de bure, et qu’ils affectent l’abnégation, en marmottant des patenôtres se croient appelés à régénérer les populations. L’humanité commande impérieusement de soustraire ces pauvres petits êtres à une aggravation de misère inévitable ».

Cet article dont les propos sont nettement anti-cléricaux (assez courants à cette époque) a-t-il eu une résonance sur l’opinion publique ? Sans doute, car le Sous-Préfet s’empresse d’écrire au Préfet pour le rassurer. Le tableau brossé de cette maison est inexact cependant il ajoute «  L’œuvre de Mr De Luc digne des plus grands éloges dans sa conception laisse dans l’exécution beaucoup à désirer ».

Le 27 août , le Sous-Préfet en convient : « Comme colonie agricole, La Vallade a échoué  ». Mais le problème semble venir de la nouvelle colonie que Mr de Luc vient de créer à La Ronce près de La Tremblade. Il faut laisser lui laisser du temps. En fait les désordres proviennent du changement de statut de La Vallade. Le Sous-Préfet encourage donc le Conseil Général à apporter son soutien financier car Mr de Luc est digne du plus grand respect. Il conclut son rapport avec des propos radicalement opposés à ceux du journal l’Union Républicaine : « à la suite des visites que nous avons faites (à la Vallade), les enfants nous ont paru spécialement remarquables par les signes les plus manifestes de la santé et du contentement  ».

On peut dire que c’est le grand écart !!! Il n’y a pas de fumée sans feu dit-on dans le langage populaire… Il n’empêche qu’à l’issue d’une troisième commission le 3 septembre 1849, le Conseil Général «  supprime toute allocation de fonds à La Vallade qui ne ferait que perpétuer un état de détresse intolérable pour les malheureux enfants qui s’y trouvent  ». 32 enfants en provenance des hospices doivent les réintégrer.

Dès lors on peut s’étonner que La Vallade puisse continuer à fonctionner ! Le Maire de Bordeaux sollicité sans doute par De Luc pour envoyer 60 à 75 enfants à la colonie de La Ronce est au courant des déboires de La Vallade. Avant de se décider il écrit au Préfet pour lui demander pourquoi le Conseil Général a supprimé la subvention accordée chaque année à De Luc pour le fonctionnement de La Vallade.

La suspicion plane désormais sur les affaires de de Luc. Pourtant, ce dernier va encore bénéficier d’un revirement de l’administration. En novembre, le Préfet répond au Maire de Bordeaux. Il joint à sa lettre un rapport de l’inspection des enfants trouvés de la Charente-Inférieure : «  Le Conseil Général s’est montré trop sévère à la suite de ce rapport…Mr de Luc a fait cette année une extension, à Ronce. Le Conseil Général n’a pas été averti du déménagement des activités de La Vallade. Ceci a causé beaucoup de trouble mais cela devrait aller mieux maintenant ! »

L’année 1849 s’achève pour les affaires de la colonie agricole de La Vallade sur un avenir incertain.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 17 Rétaud - 1848-1851 Deuxième République - 19e siècle - Département Charente-Maritime (17) - Enfants abandonnés - orphelins - Luc (de) Jean -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  Histoire de la Saintonge et de l’Aunis par Daniel Massiou - Chronologie - 15ème siècle

2.  Camp de César de Toulon, piles de Pirelonge et d’Ebéon, voies antiques en Charente-Maritime

3.  1762 - Inventaire des titres de la communauté du seigneur Rohan-Chabot de Jarnac

4.  2007 - L’Académie de Saintonge récompense le site Histoire Passion

5.  1860 - Répertoire archéologique de la Charente - arrondissement de Ruffec


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Three generations of the Anglo-Poitou family of Vivonne, from 13th century “Poitevin mercenary captain” to 14th century “recalcitrant lady”

4.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

5.  Evolution des prix du 15ème au 19ème siècle - Panier de la ménagère, services, salaires


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux