Vous êtes ici : Accueil -> Grands thèmes d’histoire locale -> Villes, bourgs et villages -> 16 Cognac -> 1497 - Inventaire du château de Cognac au décès de Marguerite de Rohan, (...)

1497 - Inventaire du château de Cognac au décès de Marguerite de Rohan, comtesse d’Angoulême

D 23 avril 2012     H 17:04     A Pierre     C 0 messages A 969 LECTURES


agrandir

Le château de Cognac est un modeste château de province, résidence secondaire de la famille d’Angoulême. Marguerite de Rohan, épouse de Jean d’Orléans et grand-mère de François 1er est décédée en 1496. Des notaires font l’inventaire de succession. Il révèle un intérieur avec un mobilier plutôt sobre, et quelques beaux objets (monnaies, bijoux, vaisselle, tapisseries, habits et linge de maison), et un coffre de vieux papiers intéressants.

Cet inventaire comprend également quelques objets situés dans le château de Bourg-Charente.

L’héritier de ces biens est François d’Angoulême (futur François 1er), dont le père, Charles d’Orléans, est décédé l’année précédente,

Source : Bulletin de la Société Archéologique et Historique de la Charente - Année 1859 (Ed 1860) - Google livres

Le château de Cognac recelait alors un autre trésor : la bibliothèque de Charles d’Orléans, fils de Marguerite de Rohan et de Jean d’Orléans. Une des plus belles de la France de l’époque. Voyez son inventaire fait en 1496 - Cognac (16) : La bibliothèque de Charles d’Orléans, comte d’Angoulême

Le vieux pont, près du château de Cognac

L’an de grâce mil C.C.C.C. quatrevingts et dix sept et le XXe jour d’avril, nous, François Corlieu [1], lieutenant général de Monseigneur le sénéchal d’Angoulmoys estant au lieu et chastel de Congnac eu besongnant à l’inventoire des biens meubles demourez du décès de feu Monseigneur Charles conte d’Angolesme, avecques maistre Hellies du Tillet [2] notaire royal, nostre adjoinct et greffier par nous prins en la matière parce que, en procédant audit inventoire, feue Madame Marguerite de Rohan, jadis contesse d’Angoulesme et mère dudit feu Monseigneur le conte d’Angolesme alla de vie à trespas déllaissé à elle survivant Françoys, à présent conte d’Angolesme, son nepveu [3] et héritier, de la partie de très haulte et puissante princesse, Madame la contesse d’Angolesme, sa mère et tuteresse, nous fut requis que eussions à inventoriser et mectre par un inventoire à part les biens meubles et tiltres démourez ou décès de ladite feue Madame la contesse, à la conservacion du droit dudit feu Monseigneur le conte, sondit héritier, lesqueulx elle nous offroit faire monstrer et exhiber, ce que luy octroyames, et dès ce jour commançames à besongner audit inventaire, à ce présens et appelez, nobles hommes, Hélies de Poulignac , seigneur d’Efléac [4], Droin Galus, trésorier de madite dame, et Georges du Cemetier [5], argentier de ladite dame feue, de la manière qui s’ensuit.

ET PREMIÈREMENT.

En la petite chambre haulte de dessus le portail de l’entrée du chasteau de Congnac, en une bource estant en un petit coffre de cuir ferré, ont esté trouvées les pièces d’or qui s’ensuivent ;

C’est à savoir :

- Treize nobles henry [6] bons et de poix, à LXXIIII s pièce, vallant XLVIII # X s.
- Quatorze saluz [7] bons et de poix, à XXXVII s pièce, vallant XXV # XVIII s.
- Six esculz vieulx [8], à XL s. pièce, vallant.XII #
- Douze réaulx et francs à pié [9], de poix, à XXXIX s. pièce vallant XXIII # VIII s.
- Deux lions [10] bons et de poix, à XLIII s. vallant IIII # VI s.
- Soixante dix huit escuz souleil, à XXXVI s III d ch. pièce, vallant VIIxxI # VII s I d
- Quinze escuz couronne, à XXXV s pièce, vallant XXVI # V s
- Trois grants chaizes [11] ;
- Dix huit petites chaizes
- Vingt quatre pièces d’or viel, à façon de francs à pié et non si grandes nommées philippus ;
- Six alphonse
- Une henricque
- Une aigle ;
- Ung lyonceraut ;
- Trois moutons [12] ;
- Trois testes de more ;
- Huit escuz vieulx légiers ;
- Vingt deux saluz légiers ;
- Seize ducaz [13] légiers ;
- Ung escu souleil rompu ;
- Une grant pièce d’or du coing d’Espaigne ;
- Une autre grant pièce d’or du coing du pape ;
- Ung juste ;
- Une autre grant pièce d’or à la façon d’un salut.

Toutes les pièces acollées paisent ensemble deux marcs, deux onces ung denier huit grains moins cinq gros, qui à VixxV # III s IV d le marc vallent IIc IIIIxx III # IV s III d..

Somme totale cinq cent soixante quatre livres quinze solz dix deniers.
En l’eschansonnerie :

- Deux brocz dont l’un est sans couvercle, deux grans potz, trois moyens, quatre pintes et trois choppines, le tout d’estain, paisant ensemble cent deux livres. Deux autres brocz d’estain paisans XIIII livres.

Vaisselle d’argent :
- Trois grans potz d’argent plains [14], les deux aux armes de Madame et l’autre aux armes de Monseigneur, paisans ensemble trente trois marcs une once et demye pour ce XXXIII ms I° et die ;
- Trois autres potz d’argent, dont l’un estoit rompu et les autres ont les couvercles rompuz, paisans ensemble XXVIII marcs trois onces et demye, pour ce XXVIII ms III° et die ;
- Quatre flacons d’argent, paisans ensemble XL marcs I once, pour ce XL ms I° ;
- Douze tasses aux marguerites, dont l’une à le pié et les armes dessoubzdez, paisans XLVII marcs trois onces, pour ce XLVII ms III° ;
- Neuf tasses plaines, aux armes de madite dame, paisans ensemble XXVI marcs V onces, pour ce XXVI ms V° ;
- Trois tasses dorées dedans et dehors, aux armes de mondit seigneur, et à la devise d’un cigne navré [15], paisans dix marcs sept onces, pour ce X ms VII° ;
- Une coulpe, avecques son couvercle, toute plaine, paisant cinq marcs six onces, pour ce, cy V ms VI° ;
- Trois bacins d’argent, paisans vingt deux marcs VI°, pour ce, cy XXII ms VI° ;
Une nef [16] garnye, paisant treize marcs trois onces, pour ce, cy XIII ms III° ;
- Quatre potetz, une esguière [17] couverte et sept cueillers [18], paisans douze marcs une once, pour ce XII ms I° ;
- Trois chandeliers et une chauffrete, le tout d’argent, paisans ensemble quatorze marcs cinq onces, pour ce, cy XIV ms V° ;
- Deux sallières et ung couvercle pour servir à vert, le tout d’argent doré, paisans deux marcs trois onces, pour ce, cy II ms III° ;
- Une coulpe d’or avecques son couvercle, paisant le tout deux marcs deux onces, pour ce, cy II ms II°.

En la cuisine :
- Trois grans platz d’argent, aux armes de Madame, paisans douze marcs une once, pour ce XII ms I° ;
- Quatorze platz d’argent, aux armes de madite dame et de Monseigneur, paisans quarante marcs une once et demye, pour ce XL ms I° et die ;
- Dix neuf escuelles [19] d’argent, paisans trente cinq marcs sept onces et demye, pour ce XXXV ms VII° et die ;
- Quatre saulciers d’argent, paisans cinq marcs et demy, pour ce V ms et die.

Vaisselle d’estaing :
- Trente ung platz et quatorze escuelles, ung moutardier, le tout d’estaing, paisans ensemble six vings livres, pour ce VIxx #
- Plus, certain nombre de vaisselle d’estaing rompu, paisant XXVI # — estaing ;
- Une grant poasle, quatre moyennes et trois petites ;
- Ung grant chaudron ;
- Ung grant pot de cuyvre rompu ;
- Trois poasles blanches à queue ;
- Trois autres poasles à frire ;
- Une puisée d’estaing ;
- Deux pots de fer ;
- Deux routissoires ;
- Trois broches de fer.
En la petite chambre d’auprès du bout de la gallerie :

- Unes pastenostres [20] de geest noir, esquelles y a une croix d’or et cinq marques d’or, le tout estimé à quinze escuz ;
- Item, ung bauldrier de veloux noir, ferré d’or, estimé à dix escuz ;
- Item, une verge d’or en laquelle y a ung ruby semé de petits grains de turquoises, estimé à la somme de XX escuz ;
- Item, unes pastenostres de cristal, à six quarres, esquelles y a six marques d’or, estimées à six escuz ;
- Item, unes autres pastenostres d’agathe, esquelles y a cinq marques d’or quarrées, l’or estimé à six escuz ;
- Item, unes autres pastenostres de geest, à dix marques d’or, esquelles y a à chacune une teste de more, lesdites marques estimées à cinq escuz ;
- Item, une bague d’or ronde esquelle y a un crucifiz d’un cousté et de l’autre cousté une Notre Dame, en laquelle bague y a plusieurs relliques ;
- Item, ung Agnus Dei [21] enchâssé en or, ouquel est escrit l’Ave Maria pendant à une petite chesne d’or, estimé l’or à huit escuz ;
- Item, une bague d’or, en laquelle y a des relliques figurant d’une croix de pierreries, l’or estimé à
- Item, ung petit bracelet d’or, en façon de chesne plate, ouquel y a enchâssé une jacinte, estimé à
- Item, une turquoise enchâssée en or, une petite épinelle enchâssée en or, une cornaline enchâssée en or, ung petit dyament aussi enchâssé en or, le tout estimé à XX escuz ;
- Item, ung petit coffre d’yvoire ferré d’argent doré, auquel y a plusieurs santeurs et oysellets de Chypre ;
- Item, unes pastenostres, esquelles y a une petite pomme d’or plaine de santeurs, l’or estimé à trois escuz ;
- Deux petites sallières de cristallin, avec leur piez et couvercles d’argent doré ;
- Item, une douzaine cueillers d’argent et ung petit moneillone [22] d’argent, le tout paisant environ deux marcs d’argent, pour ce, cy II ms d’argent ;
- Item, en ung petit coffre ferré, treize douzaines de serviettes en fin lin, ouvrées.
Du 23e Jour d’avril, en la chappelle, en un coffre ferré :

- Deux pièces de toille de lin, de largeur de aulne et quart, l’une pièce de XXXVI a et l’autre de quarante aulnes ;
- Quatorze linceulx de toille de lin, de trois toilles et demye de large ;
- Quatre douzaines serviettes à ouvrage de Venise, neufves, en quatre pièces.

En la chambre haulte à parer, en ung coffre de cuir ferré :
- Unes heures [23] à deux fermailz d’or, estimez, lesdits deux fermailz, à dix escuz ou environ ;
- Quatre tabliers de lin à ouvrage du petit Venise, fort fins, contenant chacun quatre aulnes et demye de long et deux aulnes de large ;
- Cinq autres tabliers de lin plus gros, de deux aulnes de large et de cinq de long, les ungs à ouvrage de Damas et les autres de Venise.
- Deux autres tabliers de lin ouvrez, de deux aulnes de large et quatre aulnes de long chacun ;
- Cinq autres tabliers ouvrez, de cinq quarts de large et quatre aulnes de long ;
- Deux autres tabliers de lin ouvrez, contenant chacun quatre aulnes de long et deux de large ;
- Deux autres tabliers ouvrez, contenant chacun une aulne el demye de large et quatre de long ;
- Deux tabliers ouvrez, vieulx et usez ;
- Deux linceulx de lin pour parer, vieulx et usez ;
- Huit draps de toille de Hollande, de quatre toilles de large ;
- Ung autre drap de parement de fin lin, de cinq toilles ;
- Trois draps de parement de toille datour, de cinq toilles de large ;
- Un drap de lin de quatre toilles ;
- Quatre draps de lin de trois toilles et demye ;
- Deux autres de lin neufz, de quatre toilles et demye.

En ung autre coffre de boys :
- Onze linceulx de lin neufz, de trois toilles.

En ung petit coffre de cuir ferré :
- Cinq linceulx de lin neufz, de trois toilles et demye ;
- Huit autres linceulx de lin de trois toilles et demye, dont l’un est fort usé.

En ung autre coffre de boys :
- Trante ung linceulx de cherve [24] de deux toilles ;
- Trois autres linceulx de lin neufz, de trois toilles ;
- Sept autres linceulx de cherve, presque neufz, de deux toilles ;
- Quatre linceulx de lin de trois toilles ;
- Ung gros linceul de trois toilles ;
- Neuf autres linceulx de deux toilles et demye ;
- Deux autres linceulx de cherve aussi de trois toilles.

En ung grant coffre de cuir ferré de fer blanc :
- Une robbe de veloux noir à usage de feue Madame, partie fourrée de letices [25] mouchetées et partie fourrée de menuvers [26], de panne blanche ;
- Une autre robbe de veloux à usage de madite dame, fourrée d’aignaulx noirs ;
- Une autre robbe de veloux noir fourrée de gennetes [27] ;
- Une robbe de camelot [28] noir fourrée de recezeux par bas et le corps de chaptz d’Espaigne ;
- Trois robbes de veloux noir, l’une fourrée de grouguetz de martres, l’autres de chaz d’Espaigne et l’autre d’aignaulx noirs.

En ung autre coffre de cuir ferré :
- Deux cottes [29] de veloux et l’une de satin à l’usage de madite dame ;
- Deux abillemens de teste.
En la chambre haulte appelée Paradis, en ung petit coffret de cuir ferré :

- Quatrevings serviettes de lin, ouvrées.

En ung autre coffre de cuir ferré :
- Quinze linceulx de lin de trois toilles ;
- Dix autres linceulx moitié de lin et moitié de cherve de deux toilles et demye.

Dans la chambre à parer, en ung petit coffre de cuyr ferré :
- Seize cuvrechiefz [30] de fine toille de Rains ;
- Vingt autres cuvrechiefz de toille de Hollande.
DU 17e JOUR DE MAY L’AN MIL IIIIc IIIIxx ET DIX-SEPT,

en l’eschansonnerie, oultre les chouses déclairées cy dessus ont esté trouvées les chouses qui s’ensuivent.

PREMIÈREMENT.
- Quatre douzaines et une serviettes ouvrées, communes ;
- Deux douzaines serviettes plaines ;
- Ung grant tablier de sept quartiers de large ;
- Quatre autres tabliers moyens qui ont servi et sont demy usez ;
- Deux tabliers neufz moyens ;
- Sept autres tabliers gros ouvrez de une aulne de large ;
- Deux dressoiers [31] ouvrez de mesme lesdits tabliers de peu de valleur ;
- Six dressoiers plains ;
- Douze touailles [32] plaines ;
- Quatorze longières longues et plaines qui sont fort usées et de peu de valeur.

Est demeuré des vins de la provision de feue Madame, cent dix huit pipes [33] et demye, comme en a esté trouvé à Bourg XXII pipes et le surplus à Congnac. Et desqueulx vins trouvez à Bourg en a esté employé une pipe pour aouiller les autres, il en a esté mené trois pipes Angoulesme, audit lieu de Bourg en est demeuré une pipe et demye, et le surplus montant à XVI pipes et demye a esté admené à Congnac et mis ou celier de la chappelle.

Es chambres du chastel de Congnac :
- A esté trouvé en diverses chambres dix litz et dix couchettes ;
- En ung coffre en salle vert, six carreaulx de velours bleu.

Ou galletas :
- A esté trouvé six tappiz veluz de Turquie ;
- Vingt une pièces de tapicerie de verdure [34] vieille et usée, et ung tappiz velu semé de fleurs de liz ;
- Sept carreaulx de tappiz veluz ;
- Trois carreaulx de veloux cramoisy vieulx et usez ;
- Six carreaulx de tapicerie de fleurs de liz, vieulx et usez ;
- Deux carreaulx de tapicerie de verdure vieulx et usez ;
- Plus trois cielz de tapicerie de verdure, deux grans et l’autre petit, avecques deux riddeaux my partizde rouge et vert ;
- Cinq pièces de tapicerie de blanc et de bleu aux armes my parties dorées et de feue Madame ;
- Sept pièces de tapicerie de verdure avecques ung ciel, le tout vieulx et usé.

Au chastel de Bourg, en la salle basse :
- A esté trouvé quatre litz, garniz de traversiers, savoir est trois grans, dont l’ung est de duvet et le quatrième est ung lit moyen ;
- Item, plus ung traversier de lit.
Du 18e Jour de May, L’an Mil IIIIc IIIIxx et XVII. — Tiltres trouvez en ung coffre barré de fer estant en la chappelle du chasteau à Congnac.

PREMIÈREMENT.

- Cinq lectres atachées ensemble toutes ficelées, l’une datée du pénultième jour de mars mil IIIIc XXXIII après Pasques contenant que Jehanne veufve de feu Guillaume Moreau, bailla à rente à noble homme Hue de Saint-Mars, une maison assise en la.ville de Blois, déclairée en ladite letre, avec ses appartenances, pour le prix et la somme de vingt livres tournois de rente, avec faculté de povoir admortir ladite rente, pour deux cens cinquante escuz vieulx, et une autre lectre de mesme date et sustance et l’autre lectre est du VIIe jour de janvier mil IIIIc XLV , signée M. Perrot et S. Drouart, contenant que ledit Hue de Saint-Mars fait son procureur mestre Raoul Gliergext, prêtre, en luy donnant puissance de mectre hors de ses mains ladite maison assise en la ville de Blois. Et l’autre est datée du 5e jour de mars 1445 contenant que le messire Raoul Glegert, comme procureur susdit, vendit à Monseigneur Jehan conte d’Angoulesme, ladite maison assise en la ville de Blois, pour le prix et somme de quatre cens vingt cinq livres tournois et est signée Pregent. Et l’autre lectre est datée de l’an mil IIIIc XLVIII, signée Robillart, par laquelle appert que ledit Monseigneur le conte bailla et paya ou fit bailler et payer aux héritiers de ladite Jehanne veufve dudit Guillaume Moreau, ladite somme de deux cens cinquante escuz d’or. Et en ce faisant, admortit ladite somme de XX l. tournois de rente, estans sur ladite maison, l’une desdites lcctres cottée P.
- Item, deux lectres cancellées, l’une datée du XIXe jour de février mil IIIIc XL, signée G. Laisné et Odeau, contenant que Bertrand de la Court et Jehanne Tustine, sa femme, vendirent à Monseigneur Jehan conte d’Angolesme, XL s. de rente, quilz assignèrent sur le droit quils avoient au minaige de Coignac. Et l’autre est datée du second jour de may mil IIIIc LXI, signée G. Laisné, contenant que ledit de la Court et sa femme, vendirent audit Monsieur le conte, six livres tournois de rente, lesquelles ilz assignèrent sur ledit droit de minaige, atachées ensemble, cottées au dos p. II.
- Item, certaine lettre datée du sixiesme jour d’avril mil IIIIc LXVI avant Pasques, signée Bataille et Chouars, cellées, contenant que Guillaume Bouteiller donna à Monsieur Jehan d’Orléans conte d’Angolesme, la chastellenye, chastel, terre, seigneurie et appartenance de Villedieu, assise en pays de Berry, tenue de Monseigneur de Chauvigny, cottée au dos p. III.
- Item, trois lectres atachées ensemble, l’une datée de l’an mil IIIIc XXIII, signée N. Mercier, contenant que Jehan Chapt, pas de Congnac, bailla à rente à Mothin Légier, ung vergier assis en la ville de Congnac, touchant en la rue qui va de la maison de Jehan de Losme envers la basse court du chastel. Et l’autre lectre est datée de l’an mil IIIIc XVII, contenant que Jehan de la Leu curé desservant Capraix a vestu ledit Mothin Légier dudit vergier. Et l’autre lectre est datée de l’an mil IIIIc LIX, signée G. Laisné, touchant que ledit Mothin Légier, vendit ledit vergier à Monsieur le comte d’Angolesme, pour le prix et somme de huit escuz, cottée l’une d’icelles p. IIII.
- Item, deux lectres atachées ensemble cancellées, l’une datée de l’an mil IIIIc XLVI, signée N. Texier, l’autre de l’an mil IIIIc LXI, signée G. Laisné, faisant mencion de six livres de rente, vendues par Bertheran de la Court et Jehanne Tusline, sa femme, à Pierre de Laraige, et depuys par ledit de Laraige, vendues à Monsieur le comte d’Angolesme, l’une d’icelles cottée au dos p. V.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LXI, signée J. Laisné, contenant que Pierre de Puyrigault vendit à Monsieur le conte d’Angolesme, douze septiers de fourment de rente sur le minaige de Congnac et autres chouses déclairées en ladite lectre, cottée au dos p. VI.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LX, signée R. Catrip, contenant que Héliot Bodut vendit à Monsieur le conte d’Angolesme, ung vergier ou cheneveau, assis en la ville de Chasteauneuf, sur la rue que l’on va du chastel au pont audit lieu, cottée au dos p. VII.
- Item, une autre lectre de l’an mil IIIIc LXI, signée G. Laisné, contenant que Jehan Poignant et Mariote Audoyne, sa femme, demeurant à Congnac, vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme, ung douzain trois quarts et demy de douzain que feu Helies d’Angéac, luy et Hélie d’Anjac, clerc, prédécesseurs de ladite Mariote, souloient avoir et prendre par chacun an sur la coustume du port saulnier de Congnac, pour le prix et somme de XXVIII # II s, I d — cottée au dos p. VIII.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LXI, signée N. Lestoris, contenant que Aymé Gentilz de Congnac, vendit à Monsieur le conte d’Angolesme, tout le droit qu’il avoit en certaine maison et au four estant en icelle, assise en la ville de Congnac en la syrie de mondit sieur le conte ladite lectre cottée au dos p. IX.
- Item, deux lectres atachées ensemble, l’une datée du Xe jour de may l’an mil IIIIc LXI , signée J. P. Garsonnet, contenant ung adveu par lequel Gilles de Laurens, escuyer, à cause de damoiselle Roulline, sa femme, confesse tenir de Jacques de la Pralie, escuyer, sieur de l’Isle Marin, ung lieu appelé la Robertière, assis en la paroisse de Lassay et plusieurs autres chouses déclarées audit adveu. Et l’autre est datée du XIe jour de juillet l’an mil IIIIc LXI, signée J. P. Garsonnet, contenant que Bracherme de la Amardie, dame de l’Isle Marin, femme de Jacques de la Pralie, autre de luy et tous deux ensemble vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme seigneur de Romorantin ledit fié ou lieu de la Robertière assis en ladite paroisse de Lassay et ses appartenances pour le prix et somme de cinquante escuz d’or, cottée l’une desdites lectres au dos p. X. ,
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LXII, signée G. Laisné, contenant que Jehan Pépin et Marguerite Bontande, damoiselle sa femme, comme héritière des Ymons, vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme, trente solz quatre deniers et maille de rente qu’ilz avoient sur plusieurs lieux assis à Congnac, déclairez en ladite lectre, cottée au dos p. XI.
- Item, trois lettres atachées ensemble caneellées, l’une datée de l’an mil IIIIc LX , signée R. de Laleu. Et les autres deux de l’an mil IIIIc LX, signée G. Laisné, faisans mencion de certaines rentes acquises par Monsieur le conte d’Angolesme de Bertrand de la Court et Jehanne d’Astingues, sa femme, sur le minaige de Congnac, cottée au dos p. XII.
- Item, une lettre datée de l’an mil IIIIc LXI, signée A. Tachart, contenant que par Ricou Duchaix et Jehanne Clémence, sa femme, vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme quatre douzains qu’ilz avoient sur la coustume du port saulnier de Congnac, pour le prix et somme de LX l.t., cotée au dos p. XIII.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LIIII, signée R. de la Bonne, contenant que Pierre Pageon, Hugues Pageon, ont vendu à Monsieur le conte d’Angolesme, la quarte partie et tout audit droit qu’ilz avoient en ung moulin qui souloit mouldre blé et lors en ruyne assis en la paroisse de Vernon appelé le moulin de Tichin, cotée au dos p. XIIII.
- Item, une autre lectre cancellée datée de l’an mil IIIIc LIX, signée N. Testoris, contenant que Bertrand de la Court et Jehanne d’Astingue, sa femme, vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme, unze livres tournois de rente, assises sur le droit qu’ilz avoient au minaige de Congnac, pour six vings livres, cotée au dos. p. XV.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LIIII, signée J. P. Garsonnet, contenant que Jehanne, femme de Denis Reseille, bouchier, et Pierre Lambert, son filz, vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme la grandeur d’une toise de la maison ou estoient les fours de mondit seigneur en la bassecourt de la ville de Romorantin, cotée au dos p. XVI.
- Item, deux lectres atachées ensemble, l’une datée de l’an mil IIIIc et VII, signée Pierre Guy, contenant que Pierre Brémont, pbre , Simon Ronbert et sa femme, donnèrent à Jehan Gorric tout le droit qu’ilz avoient ou droit de la coustume du port saulnier de Congnac. Et l’autre est datée de l’an mil IIIIc LXI et du pénultième jour de décembre, signée G. Laisné, contenant que Michau et Jehan Gorric frères, vendirent à Monsieur le conte d’Angolesme, tout le droit que feu Jehan Gorric leur père, souloit avoir en ladite coustume du port saulnier, par le don et transport à luy fait par lesdits messieurs Pierre Bremont, Joubert et sa femme, cotée au dos l’une desdits lectres p. XVII.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil quatre cens LXIIII, signée P. Micheau et V. Turquoys, contenant que Naudin Duboys, laboureur, vendit à Monsieur le conte d’Angolesme, tout le droit qu’il avoit en certaines maisons, coustz masures et vergiers assis en la ville d’Angolesme, en la paroisse Saint Marsaulx, plus à plain d’éclairées en ladite lectre pour le prix et somme vingt escuz, cotée au dos p. XVIII.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LXI, signée N. Texier et Tachart, contenant que Bertrand Delacourt et Jehanne Dastingue, sa femme, baillèrent et délaissèrent à Monsieur le conte d’Angolesme, par eschange soixante treize septiers ung boisseau de blé de rente qu’ilz avoient acoustumé avoir prendre et recevoir sur les esmolumens et prouffiz du minaige de Congnac, et en récompense de ce, Monsieur le conte leur bailla certaines rentes et chouses contenues en ladite lectre, cotée au dos p. XIX.
- Item, certaine lectre datée de l’an mil IIIIc LXIIII, signée J. Richart et V. Turquoys, contenant que noble homme, maistre Pierre Bragier, seigneur de Bourg-Charente, vendit à Monsieur Jehan conte d’Angolesme, pour le pris et somme de six mil deux cens escuz d’or, le chastel, chastellenye, terre et syrie de Bourg-Charente avecques ses appartenances auxquelles lectres sont attachez six acquitz en parchemin tous signez et scellez, excepté deux qui ne sont que signez seullement, contenant, plusieurs paiemens faiz de ladite somme en particularitez par ledit Monsieur le conte ou son trésorier, pour luy audit Pierre Bragier, cotée p. XX.
- Item, certaine lectre datée de l’an mil IIIIc LXV, signée J. P. Garsonnet, contenant que maistre Jehan Dalibert vendit et transporta à Monsieur le conte d’Angolesme, un moulin à blé et la moitié d’une maison assis au lieu de Monseaux, près Romorantin, qui furent Bertrand Decloue et Jacquette Basconne, sa femme, avec huit escuz d’or de rente et autres chouses declairées en ladite lectre, pour le prix et somme de deux cens unze escuz, à laquelle sont atachées cinq autres lectres, par lesquelles appert comme ledit Dalibert et sa femme avoient acquis paravant lesdits moulin et rentes desdits Bertrand Decloue et sa femme, par devant contratz, cotée au dos p. XXI.
- Item, certaine lectre datée de l’an mil IIIIc XLIX, signée Delaval, contenant que Guillaume Lebouteillier a donné et octroyé à Monsieur Jehan d’Orléans, conte d’Angolesme, les chastel et chastellenye, terre et syrie de Villedieu et ses appartenances à laquelle est atachée une autre lectre datée du dixième jour de décembre l’an mil IIIIc LI, scellée et non signée, contenant que Guy seigneur de Chauvigny et de Chasteau-Roux, a receu Jehan d’Estampes, escuyer, maistre d’ostel et procureur de mondit seigneur le conte a hommage à cause de ladite syrie de Villedieu, cotée au dos p. XXII.
- Item, les lectres du traicté du mariage de feu très hault et puissant prince Monseigneur Jehan, conte d’Angolesme, avec haulte et puissante princesse Madame Marguerite de Rouhan, sa femme , datées du deuxiesme jour d’aoust l’an mil IIIIc XLIX, signée P. Pamitout et Pongier, cotée au dos p. XXIII.
- Item, certaine autre grant lectre datée du samedy xi« jour d’octobre l’an mil IIIIc LV, signée Chamirieu, en laquelle est incorporée ladite lectre dudit mariage, dont mencion est faicte en l’article précédent, contenant entre autres chouses que les procureurs de Monseigneur Alain vicomte de Rouhan, père de madite dame Marguerite. paièrent audit Monseigneur le conte, la somme de trente mil royaulx d’or, en rabatement de XL mil escuz vieulx et pour le reste desdits mil escuz vieulx lui baillèrent la terre et syrie de Noyon, en Normandie, cotée au dos p. XXIIII.
- Item, une lectre datée de l’an mil IIIIc LVI, signée J. P. Garsonnet, contenant que Bertrand Décloue et Jaquette Basronne, sa femme , vendirent à Monsieur le conte d’Angolesmc tout le droit que eulx de Catherine leur fille avoient eu tout ou en partie ou lieu de Bardineau et en ses appartenances . pour le prix et somme de vingt escuz. cotée au dos, p. XXV.
- Item, une autre lectre datée de l’an mil IIIIc LVI, signée P. Garsonnet, contenant que Bertrand Décloue et Jaquette, sa femme, vendirent à Monseigneur le conte d’Angolesme ung moulin à blé , assis au lieu de Monseaux, sur la rivière de Sauldre, qui estoit le deuxième moulin en assiette, pour le prix et somme de soixante escuz et quatre muitz de ségle, cotée au dos p XXVI.
- Item, une aulre lectre datée de l’an mil IIIIc LX, signée P. Garsonnet, contenant que Jaquette Bastonne, veufve de feu Bertrand Decloue, vendit à Monseigneur le conte d’Angolesme, deux escuz d’or de rente qu’elle luy assigna sur les eaux et rivière qu’elle avoit en la rivière de Sauldre, près du chastel de Romorantin, pour le prix et somme de XX escuz, colée au dos p. XXVII.
- Item, une lectre datée de l’an mil IIIIc LXI, signée G. Laisné, contenant que Pierre Charpentier et Jehan Moreau, vendirent à Monseigneur le conte d’Angolesme, tous et chacuns les héritages et chouses qui furent des Ymons et droiz qu’ilz avoient au Coulombier et au Petit Breuil, plus à plain déclairées eu ladite lectre à laquelle a une atache contenant que Marion Moutelle et Royne Charpentier, femme dudit Jehan Moreau, ratifièrent ladite vente, cotée au dos p. XXVIII.
- Item, ung vidimus du testament de feu Jehan conte d’AngoIesme, ledit testament daté de l’an mil IIIIc LXVII et ledit vidimus de l’an IIIIc LXXII, signé A. Tachart et de Crayon , coté au dos p. XXIX.
- Item, certaine lectre d’accord ou appoinctement fait et passé entre Madame Marguerite, contesse d’AngoIesme, et Monseigneur Charles, conte dudit lieu, son filz, touchant le douaire de madite dame et les acquestz de feu Monseigneur le conte Jehan et meubles qu’ilz avoyent ensemble datée du XXVIe jour de juillet lan mil IIIIc IIIIxx deux, signée J. Savarit et R. Catrix, cotée au dos p. XXX.
- Item, une procuration de madite dame la contesse d’Angolesme, datée de l’an mil IIIIc IIIIxx et deux, signée Marguerite et G. Ducemetière, que madite dame donne puissance à Jehan Dupuy Rigault, son maistre d’ostel, de prendre possession pour elle des terres, baronnies, chastellenyes et syrie d’Esparnay, de Romorantin, Millensay et autres à elle baillées par doaire , cotée p. XXXI.
- Item, certaines lectres patentes datées de l’an mil IIIIc IIIIxx deux, signées Charles et de la Magdalenne , par lesquelles Monseigneur le conte d’AngoIesme, mande aux sénéchaulx, baillifs, cappitaines et autres officiers desdites terres, syries en bailler la possession à ladite dame, de la laisser joyr comme doairière, cotée au dos p. XXXXII.
- Item., une lectre datée.de l’an mil IIIIc IIIIxx et ung, signée J. Laisné et Bertau, contenant que madite dame Marguerite contesse d’AngoIesme et dame de Bourg acquist de Bracherme de Saint-Hilaire, veufve de feu Jehan Bragier et de Jehan de Froment dit Lepicard, tant pour luy que pour sa femme, tout le droit qu’ilz avoient es moulins de Bourg-Charente, pour certains deniers et autres chouses déclairées en ladite lectre, cotée p. XXXIII.
- Item, en ung petit sac de toille estant audit coffre y a certaines lectres patentes du roy Loys, datées de l’an mil IIIIc LXIX signées Loys et de Serizay, contenant certain traicté et appoinctement fait entre le roy et feu Monseigneur le duc de Guyenne, son frère, touchant les limites de la duché de Guyenne, dont entre autres chouses fut distraicte et exceptée la conté d’Angolesme, cotées au dos p. XXXIV.
- Item, il y a plus audit sac, un protocolle en papier daté du XVIIe jour de juillet l’an mil IIIIc LVII, signé G. Ducemetière et N. Dupré, contenant que Charles de Mortemer. sieur de Corne, Jehan et Guyot de Mortemer, ses frères et Jehan de Peinsse leur curateur, vendirent à Madame la contesse d’Angolesme, leur terres et syries de Salles et Genté avec ses appartenances, pour le prix et somme de mil escuz d’or, cotée p. XXXV.
- Auquel sac y a oultre de certaines lectres missives et autres petites pièces en papier de nulle valleur.
- Item, plus a esté trouvé audit coffre le testament de ladite dame Marguerite de Rouhan, contesse d’Angolesme, signé J. Thibault et Dutillet, daté du XIIIIe jour de février l’an mil IIIIc IIIIxx douze, coté au dos p. XXXVI.
- Item, ung codicile de ladite dame du XXe jour de novembre l’an mil IIIIc IIIIxx seize, signé Marguerite. A.Tachart el Thibault, coté an dos p. XXXVII.
- Item, certaine lectre datée du tiers jour de may l’an mil IIIIc IIIIxx treize, signée J Thibault et scellée du scel du chapitre d’Angolesme, contenant que les doyen et chapitre d’Angolesme, ont achepté la fondacion d’une messe fondée en leur église par ladite dame Marguerite, et si elle promit faire dire et continuer perpétuellement selon la teneur de son lestement, cotée au dos p. XXXVIII.

Item, en ung autre petit sac de toille estant audit coffre, ont esté trouvées les pièces qui s’ensuivent

- premièrement : certaine lectre datée de l’an mil IIIIc et XV, signée J. Claveau, J. Gueraiu, contenant que frère Pierre Poitevin, procureur expressément fondé des relligieux, abbé, et couvent de La Couronne vendit à mestre François de Mont Beron, viconte d’Aulnay, soixante livres de rente que paravant lesdits relligieux avoient acquis de messire Jacques de Montberon, assis sur tous ses biens avec les arrérages qui en estoient escheuz, pour le prix et somme de mil cinquante livres tournois, cotée XXXIX.
- Item, les lectres originales de la vente et constitucion desdit LX l. t. de rente faicte par ledit mestre Jacques de Montberon, ausdits relligieux, abbé et couvent de La Couronne, datées de l’an mil IIIIc et IIII, signées J. de Agys, cotées p. XL.
- Item, certaines lectres de ratification datées de l’an mil IIIIc XVI, signées Johannes Narberti, par lesquelles appert que lesdits relligieux, abbé et couvent de La Couronne, ratiffient ladite vente faicte par ledit sieur Pierre Poictevin, leur procureur, cotées au dos p XLI.
- Item, certaine lectre datée du Xe jour de décembre l’an mil IIIIc IIIIxx et ung, signée J. Mesmer et G. Guymelier, contenant que messire Loys de Montberon, chevalier sieur de Fontaines, vendit et transporta à Madame Marguerite, contesse d’Angolesme, trente livres tournois et dix escuz d’or de rente que luy avoit transporté messire Francoys de Montberon son père, et qu’il avoit droit de prendre sur la syrie de Montberon avecques les arrérages escheuz moyennant neuf cens cinquante escuz d’or que ladite dame luy paya , cotée au dos p. XLII.
- Item, une lectre de mesme date et signature que la précédente par laquelle appert que les parties contractans du différant en garentie desdites rentes et autres chouses, se soubzmectoyent à l’ordonnance de maistre Pierre Loubal et Pierre Pastoureau, cotée p. XLIII.
- Item, une autre lectre de mesme date et signature, contenant que ledit messire Loys de Montberon se désista et départit ou droit qu’il prétendoit en la cappitainerie de Montberon, au proffit de madite dame, cotée au dos p. XLIIII.
- Item, une cédule en papier datée du IIIIe jour de novembre mil IIIIc IIIIxx XI, signée R Cavilhon, contenant que maistre Remy Cauchon, solliciteur des causes de Madame la contesse à Paris, confessoit avoir receu de madite dame certaines lectres de vendicion de dix escuz d’or de rente, venduz par maistre Francoys, sieur de Montberon et viconte d’Aulnay, à maistre Loys de Montberon chevalier, sieur de Fontaines, datées du VIIIe jour d’aoust mil IIIIc LXI, passées par Jeban Charretier et J. P. Charpentier, coté p. XLV.
- Item, ung autre sac où ont esté trouvées les pièces qui s’ensuivent, premièrement : ung vidimus de mariage de Bouzet de la Caussade, escuyer et de Marguerite de Montberon, fille de feu messire Robert de Montberon, sieur dudit lieu, signé ledit vidimus, Langlois et daté du XVIIIe jour de janvier l’an mil IIIIc IIIIxx et dix, coté au dos p. XLVI.
- Item, une couppie en papier datée de l’an mil IIIIc LXVIII non signée, contenant certain appoinctement autrefoiz fait entre ledit sieur de Montberon de Mauleurier, viconte d’Aulnay et Francoys de Montberon, sieur de Mastas, Guychart de Montberon, maistre Loys de Montberon et messire Savary de Montberon ses enfants, cotée XLVII.
- Item, certaines lectres patentes de Monseigneur Charles conte d’Angolesme, signées de luy et de Galus, du moys de janvier mil IIIIcc IIIIxx, contenant certaine composition faicte par ledit sieur à Madame Marguerite, contesse d’Angolesme, sa mère et tuteresse auparavant des fruiz et levées de ses terres durant la tutelle à la somme de dix neuf mil escuz d’or avecques payement et assignations de la dite somme, cotée au dos p. XLVIII.
- Item, une recepcion par laquelle appert que Bault de Saint-Gelais, escuyer, sénéchal d’Angolesme, comme procureur de Madame Marguerite contesse d’Angolesme, fut receu à hommage par l’évesque d’Angolesme, pour raison des chouses tenues de luy es baronnye et chastellenye de Montberon, datée de l’an mil IIIIc LXXII, signée J. de la Nurfve et cotée au dos p. XLIX.
- Item, la quictance des ventes et honneurs deuz à l’évesque d’Angolesme à cause de l’acquisition de la baronnye, terre, chastellenye de Montberon, datée du XVIIIe jour de juillet l’an mil IIIIc LXXIII, signée H. Dufouret G Decourt, colée p L.
- Item, une cédule en parchemin datée du XXVIe jour d’aoust mil quatre cens LXXIII signée J de Seriis, contenant que Jehan de Seriis, escuyer, confesse avoir receu de Pierre de la Combe, maistre de la chambre aux deniers de madite dame la contesse, la somme de cinq cens livres tournois, pour les ventes et hommages dont dessus est faict mention, coté au dos p. LI.
- Item, certain exécutoire d’arrest impetrés de la partie de Monseigneur Loys de Montberon chevalier, contre madite dame la contesse, daté de l’an mil IIIIc IIIIxx avecques l’atache de maistre Jehan Laidet, lieutenant du sénéchal de Poithou et deux rellacions, cotées p. LII.
- Item, une cédule en papier, signée J. Deseris, R. Bassart et Briant, datée de l’an mil IIIIc LXXIII, contenant que Madame la contesse donna au vicomte d’Aunay, la somme de trois cens livres tournois, pour faire son voyage de Saint Jacques, cotée au dos p. LIII.
- Item, ung autre petit sac ouquel y a plusieurs cédules et petiz mémoires en papier qui, autrement n’ont esté inventorisés parce qu’il n’y a chouse de valeur, ou quel sac ont esté aussi mises certaines autres petites cédules, mémoires et brevetz qui ont esté trouvez en certains estuys audit coffre sans en faire autre inventoire, parce que sont chouses de nulle valleur, lequel sac est coté p. LIIII.
- Item, a esté trouvé audit coffre une boeste de boys ronde en laquelle estoyent les pièces qui s’ensuivent, premièrement : ung exécutoire et condampnacion de despens ou nom de Jehanne de la Ferte, contre Monseigneur le conte d’Angolesme, de la somme de trente trois livres seize solz, quatre deniers parisis, daté de l’an mil IIIIc IIIIxx avecques ung extraict des registres de parlement, signé Amys, contenant l’article par lequel appert que le procureur de mondit sieur le conte, comme appelant du bailly de Blois, fut retenu en amende en la cause de ladite Jehanne de la Ferté, avecques la quictance de ladite amende au dos, signée Riquet. — Item, plus une cédulle en parchemin, signée dudit Riquet, de la somme de six escuz pour son voyage, avec la coppie en papier, d’une cédulle ou certification datée de l’an mil IIIIc IIIIxx, signée J. Devillebresme. contenant que Monseigneur Jehan conte d’Angolesme. confesse tenir de Monseigneur le duc d’Orléans et de Valloys son frère, en foy et hommage, les chasteaux, villes et chastellenyes de Romorantin, Milledesay, Villebrosse, Lachaize et Villefranche sur Cher, à cause du conté de Blois, — cotée ladite boeste par LV.
Et au dos :

Coppie de l’inventoire des biens meubles demeurez du décès de feue Madame Marguerite de Rohan, contesse d’Angolesme.

[1François Corlieu, lieutenant général d’Angoumois, échevin depuis 1498 jusqu’en 1516, fut l’aïeul de François Corlieu, procureur du roi, auteur de l’histoire de la ville et des comtes d’Angouléme, et mort en 1576,

[2Hélie du Tillet, notaire royal, appartenait probablement à la famille d’Hélie du Tillet, maire en 1502 et 1503, qui fut d’abord secrétaire et contrôleur général des finances do Charles d’Orléans, comte d’Angoulême, puis maître d’hôtel ordinaire de ce prince, (Voir Vigier de la Pile : De la maison de ville.) — Nous trouvons encore ce dernier mentionné fréquemment en qualité de contrôleur général des finances de Louise de Savoie dans les comptes de cette princesse.

[3Nepveu pour petit-fils, du latin nepos, petit-fils, qui a signifié neveu dans la basse latinité.

[4Poulignac. - Famille ancienne qui a eu pour berceau la terre de Poulignac en Angouniois. Jusqu’en 1587 elle s’est appelée de Poulignac dans tous ses actes. Depuis elle a répudié ce nom pour prendre celui de Polignac, et changé les armes de son premier auteur connu, Achard de Poulignac, qui portail son écu écartelé aux 1 et 4 d’un lion, aux 2 et 3 d’un filet en barre, pour porter des fasces, par allusion à sa prétention de descendre des anciens vicomtes de Polignac en Velay. Jehan de Poulignac, maître d’hôtel de Louise de Savoie, recevait six vingt treize livres tournois de gages en celle qualité ; Pierre de Poulignac, écuyer, sieur des Cryaulx, quatre-vingt-une livres tournois ; Marguerite de Poulignac, demoiselle de Rieux, cent livres tournois comme demoiselle d’honneur ; Jehanne de Poulignac, cinquante-quatre livres tournois.

[5Georges du Cemetier ou du Cimetière fut élu maire d’Angoulême le 17 mars 1498 et continué l’année suivante. Il mourut échevin en 1503. - « A maistre Georges du Cemetier pour huyt mois finis au derenier jour de décembre, la somme de quarante livres tournois. » (Comptes de Louise de Savoie, 1497, — article gaiges d’officiers et pencions.)

[6Nobles-henri. - Monnaie d’or d’Angleterre. Ces nobles-henri furent frappés en France de 1420 à 1453, pendant l’occupation anglaise. Ils pesaient quatre grains de moins que les nobles à la rose.

[7Saluts. - Monnaie d’or anglaise, frappée pendant que Henri VI était maître d’une partie de la France. Les saluts d’or tiraient leur nom de ce que la salutation angélique y était représentée. On y voyait d’un côté la Vierge recevant d’un ange une bandelette sur laquelle était écrit : Ave ; de l’autre une croix latine accostée d’une fleur de lis et d’un léopard. Légende : Henricus Dei gra. Francoru. et Anglie rex. Les saluts valaient vingt-cinq sols.

[8Écus vieux. — Les écus d’or furent frappés pour la première fois en 1336, sous Philippe de Valois, avec une valeur fixée primitivement à vingt-cinq sols. Interrompue sous Charles V, la fabrication de cette monnaie fut reprise en 1384 et continuée jusqu’à Louis XIV. L’écu tirait son nom de ce que le roi était représenté assis sur son trône, tenant d’une main une épée et de l’autre un écu semé de fleurs de lis. Les écus sont connus sous divers noms, tels que écus au soleil ou écus-sol, écus à la couronne, écus heaume, etc.

[9Réaux et francs à pié. - Les réaux ou royaux d’or, frappés d’abord sous Philippe le Bel, furent continués jusqu’au règne de Charles VII. Ils valaient onze sols parisis. Les francs à pied, qui tiraient leur nom de ce que le roi était représenté à pied sous un portique gothique, avec l’épée et la main de justice et portant la couronne en tête, furent frappés sous Charles V, VI et VII. Ils avaient le même titre et la même valeur que les francs à cheval, du poids d’un gros et un grain, frappés sous Jean Ier.

[10Lions. - Monnaie d’or frappée sous Philippe de Valois.

[11Chaises. — Monnaie d’or frappée depuis le règne de Philippe le Bel jusqu’à celui de Charles VII inclusivement, et qui tirait son nom de ce que le roi était représenté assis sur son trône, le sceptre en main. Au revers était une croix fleuronnée et entourée de couronnes royales.

[12Moutons. — Pièces d’or frappées sous saint Louis et qui ont eu cours jusqu’au règne de Charles VII. On les appelait moutons d’or à la grande laine et quelquefois à la petite laine ou agnelets, et deniers d’or à l’aignel, noms qui venaient de ce que les pièces d’or portaient l’effigie d’un agneau pascal, tel qu’on le représente ordinairement aux pieds de saint Jean-Baptiste, avec l’inscription : Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis. Au revers se trouvait une croix fleurdelisée, avec la légende : Christus (XPS) vincit, Christus regnat, Christus imperat.

[13Ducat. — Monnaie étrangère qui eut cours légal dans le royaume sous François Ier. — Les alphonse, henrique, aigles, etc , étaient encore, des monnaies étrangères d’Espagne, Allemagne, etc.

[14Plain, plaine. - Uni, unie.

[15Navré. - Blessé.

[16Nef. — Vase employé dans le service de table. Ce meuble avait la forme d’un navire et contenait la salière, la serviette, les tranchoirs ou grands couteaux. Il n’était guère en usage qu’à la table des princes. Pour lui donner une assiette fixe, on faisait supporter la nef par des lions, des serpents, etc. La nef de la table de Henri III, près d’un siècle plus tard, est ainsi décrite dans la satire des mœurs de ce prince :

« Tout au bout de la table y avait un assez grand vaisseau d’argent doré et tout ciselé, fait en forme de nef, excepté qu’il avoit un pied pour le tenir ferme sur la table ; et cela servoit a ce que je pus voir par après à mettre l’esventail et les gants du seigneur-dame du lieu, quand il estoit arrivé, car le vaisseau s’ouvrolt et fermoit des deux costés ; en l’un estoient les serviettes... Je contemplay la ciselure de cette nef, où il y avoit plusieurs histoires des amours de Pan et de Bacchus. »
Plus tard, le nom de nef fut remplacé par celui de cadenas.

[17Esguière. - Vase a anse et à bec où l’on plaçait l’eau pour le service de la table ou pour d’autres usages.

[18Cueillers. - On remarquera que parmi les nombreuses pièces d’argenterie de cet inventaire il ne s’y rencontre que peu de cuillers et point de fourchettes. Les cuillers dont il s’agit n’étaient point employées alors comme aujourd’hui et devaient servir seulement à manger des confitures. A la fin du siècle suivant, l’usage de cuillers et fourchettes pour le service de table commençait à se répandre. Cette nouveauté parut cependant assez ridicule, ainsi que le prouve ce passage de l’Isle des hermaphrodites : « Aussy apportoient-ils bien autant de façon pour manger comme en tout le reste. Car, premièrement, ils ne touchaient jamais la viande avec les mains, mais, avec des fourchettes, ils la portoient jusque dans leur bouche, en allongeant le col et lecorps sur leur assiette ».

[19Écuelles.- Assiettes creuses. Les écuelles avaient des oreilles.

[20Pastenostres. — Chapelets sur lesquels on dit des Pater et des Ave (de Pater noster).

[21Agnus Dei. - Petite figure en cire représentant un agneau que le pape bénit à des époques déterminées. Les Agnus Dei étaient fort en usage aux XVe et XVIe siècles.

[22Moneillone. - Peut-être un collier (monile ?)

[23Unes heures, etc. (Voir plus haut la description de ce remarquable livre, vendu 8,075 fr. à la vente Sauvageot, le 12 décembre 1861.)

[24Cherve, cherbe et charve. — Chanvre.

[25Létices. — Fourrures grises.

[26Menuvert. — Espèce de fourrure désignée aussi sous le nom de petit-gris. Les vêtements des rois et des grands étaient doublés de menu-vair. Les dames de qualité en portaient également.

[27Gennettes. — Espèce de fouine, quadrupède carnivore du genre civette, qui donne un parfum. Sa peau s’emploie en fourrure.

[28Camelot. - Sorte d’étoffe de poil de chèvre, laine et soie.

[29Cotte. — Jupe, du latin crocota, robe de femme, de couleur safran.

[30Cuvrechiefz. — Couvrechef, coiffure, ornement de tête.

[31Dressoiers. — Dressoir, espèce de tablier ou de nappe. Ce mot avec cette signification est peu usité. On appelait plus communément dressoir cette espèce de buffet qui est dressé pour le service de la table, et où l’on exposait des vases et de la vaisselle.

[32Touailles. — Grands essuie-mains montés sur des rouleaux de bois.

[33Pipe. — On appela d’abord de ce nom le petit tuyau de bois que les oiseleurs mettent dans leur bouche pour contrefaire les pippis des oiseaux. Par extension, pipe a signifié une canne creuse, un tuyau, une sorte de chalumeau. Ces chalumeaux étant de forme oblongue, on a appelé pipes de vin ces tonneaux de forme oblongue qui viennent de l’Anjou.

[34Verdure. — Tapisserie qui représente des herbes, des feuilles d’arbres verts.

Répondre à cet article

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Votre message
Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Les mots-clés de l'article

pour en savoir plus sur : 16 Bourg-Charente - 16 Cognac - 15e siècle - Châteaux - Angoulême (d’) - Inventaires - Monnaie - Rohan (Marguerite de) -

Chercher dans le site

Les plus lus --- Les 50 +

1.  Calendrier révolutionnaire ou républicain - Conversion en date grégorienne

2.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

3.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

4.  FAQ & R - Le Forum Aux Questions ... & aux Réponses

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


5 articles au hasard

1.  1790 - Les Charentais viennent au secours de la Patrie en danger

2.  1570 - Edit de Saint-Germain-en-Laye (édit de pacification), par Charles IX

3.  1351 - Français et Anglais font un traité chevaleresque à Saint-Jean-d’Angély assiègé

4.  1911 - Bulletin de la Société des Archives Historiques de Saintonge et d’Aunis

5.  1765 - Ruffec - Le droit de guet & de corvées du Comte de Broglie en procès


Les plus populaires --- Les 50 +

1.  Conversion des monnaies d’avant la Révolution en valeur actuelle

2.  1743 - Le commerce des étoffes à la Foire de Bordeaux

3.  Carte satellite des voies romaines, des chemins anciens de Saintonge, Aunis et Angoumois

4.  1844 - 1 - Le Comte de Luc crée la colonie agricole de La Vallade. L’administration enquête - Archives

5.  Carte satellite Googlemap avec moteur de géolocalisation : rechercher une ville, une commune, un village


Brèves --- Toutes

1.  Au château de la Roche Courbon, fête de la préhistoire les 23 et 24 avril 2016

2.  Antiquité-Avenir. Réseau des Associations liées à l’Antiquité - Communiqué de presse

3.  Temples de la Saintonge Maritime : Une histoire mouvementée

4.  2.644.259 visiteurs sur Histoire Passion - Statistiques au 31/12/2013

5.  Archéologie et histoire du fleuve Charente à Taillebourg - Port d’Envaux